molopo

Pages: 9 (2226 mots) Publié le: 4 janvier 2015
u Moyen Âge, la plupart de ceux qui composent les œuvres les plus anciennes de la littérature française sont des clercs : eux seuls maîtrisent l’écriture et la lecture qui, jusqu’à fin du XIe siècle, concernent exclusivement - à de rares exceptions près (quelques poèmes hagiographiques) - la langue latine. Leur culture comprend des textes religieux, la Bible et les écrits des Pères de l’Église,mais aussi des textes profanes, en particulier ceux d’auteurs latins tels que Virgile et Ovide. Eux-mêmes écrivent, en latin, des chroniques, des essais, des poèmes. Or, un véritable tournant s’opère lorsqu’ils décident de mettre à la portée de l’élite chevaleresque certains textes de la culture savante en les traduisant en français.
Du latin au roman. Le roman comme genre littéraire naît de cetournant qui advient au milieu du XIIe siècle : écrire « en roman », c’est en effet d’abord transposer en langue romane (l’ancien français) un texte en latin. Quatre « romans antiques » nous sont parvenus :
- le Roman de Thèbes (vers 1150), dérivé de la Thébaïde de Stace (auteur latin du Ie siècle de notre ère) ;
- le Roman d’Eneas (vers 1160), tiré de l’Énéide de Virgile
- le Roman de Troie deBenoît de Sainte-Maure (vers 1165), tiré de résumés latins de l’ouvre d’Homère (celle-ci ne sera en effet redécouverte qu’au XVe siècle) ;
- le Roman d’Alexandre (qui connaît plusieurs versions tout au long du XIIe siècle).
Transpositions plus que traductions : les auteurs ne sont que partiellement fidèles à leurs modèles et ne se privent pas de retrancher, d’ajouter ou de modifier pour «moderniser » leurs héros et leur donner des préoccupations qui correspondent aux goûts du public de dames et de chevaliers, que deux thèmes passionnent de plus en plus : l’amour et la prouesse, comme le montre l’adaptation relativement fidèle que le clerc médiéval tire de la rencontre entre Enée et Didon telle que la raconte Virgile
« Elle brûle, l’infortunée Didon, et erre dans son délire par toute laville; telle une biche imprudente, atteinte d’une flèche dont l’a percée de loin dans les bois de la Crète un berger lancé à sa poursuite, emporte à l’insu du chasseur le trait rapide avec elle; dans sa fuite elle parcourt les bois et les bocages de Dicté1: le roseau mortel demeure attaché à son flanc. Tantôt Didon emmène Énée au milieu de ses remparts, lui montre et les richesses de Sidon2- et saville prête à le recevoir; elle commence à parler et s’arrête au milieu de son discours; tantôt, au déclin du jour, elle recommence le même festin, lui demande l’insensée, à entendre encore une fois le récit des malheurs d’Ilion3 et reste encore une fois suspendue aux lèvres du narrateur. Puis, quand ils se sont séparés, quand la lune, obscure à son tour, voile sa lumière, et que lesconstellations à leur déclin invitent au sommeil seule, dans son palais désert, elle cède à la tristesse et se couche sur les couvertures qu’il a quittées. Elle est loin de lui et il est loin d’elle, et elle l’entend et le voit; ou bien, charmée de la ressemblance paternelle, elle retient sur son sein Ascagne pour tromper, s’il se peut, son indicible amour. Les tours commencées ne s’élèvent plus; la jeunessene s’exerce plus aux armes; le port et les remparts de défense militaire restent en plan; les travaux interrompus demeurent en suspens : murs qui dressaient leurs puissantes menaces, machines qui allaient toucher le ciel. » Virgile, Énéide.
«La reine devient folle d’amour, sans trêve ni fin. Elle prend le Troyen par la main, sans être sûre encore qu’il l’aime; elle le promène à travers la cité etlui montre sa puissance, son château et son palais. Incapable de demeurer une heure en paix, elle l’interroge très souvent sur mille sujets dont il n’a que faire. Elle ne cherche que le prétexte de lui adresser la parole : elle lui pose mille fois la même question, sans trêve ni repos, elle s’arrête au milieu de son propos, ne sachant plus ce qu’elle dit ni ce qu’elle fait. Elle perd la tête et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !