Nationnalisme 1815-1870

1453 mots 6 pages
Le nationalisme en France comme idée que ce pays est une nation et non pas un royaume, est né à la fin du xviiie siècle dans la bourgeoisie, sous la plume des philosophes des Lumières. Bien que cette idée ait muri durant le xixe siècle, la France ne devint vraiment une nation qu'en 1871, à l'avènement de la Troisième République.

Le nationalisme en France comme mouvement politique entrant en jeu dans le système démocratique français, est né en 1870, à l'avènement de la troisième république. À cette époque tous les partis manifestaient ostensiblement des idées nationalistes et anti-allemandes : la Prusse venait de gagner une guerre et avait pris l'Alsace-Lorraine. La version actuelle de l'idéologie nationaliste se mis en place à partir de l'affaire Dreyfus en se teintant de xénophobie et de racisme, elle devint alors d'extrême droite.

| |

Les mouvements nationalistes au xixe siècle : du « nationalisme ouvert » au « nationalisme fermé »

[pic]
[pic]
Toile de fond du boulangisme, le nationalisme français et la volonté de revanche sur la Prusse (fête nationale Rue Saint-Denis (Paris), par Claude Monet, 1878).

[pic]
Au xixe siècle, les mouvements nationalistes sont liés à la gauche et au mouvement républicain1. Le nationalisme participe alors de l'idée d'autodéterminationdes peuples et des émancipations nationales dans toutes les révolutions démocratiques, anticoloniales et anti-impérialistes de l'Europe, qui mettent progressivement fin aux frontières issues du Congrès de Vienne (1815), et des Amériques (succession d'indépendances nationales)1.

Avec l'instauration de la Troisième République, des lois Jules Ferry sur l'école obligatoire et de la conscription, l'usage du français comme langue commune se répand tandis que les brassages entre populations issues de différentes régions de France se multiplient. Après la défaite de Sedan (1870), le nationalisme devient ainsi, en partie, la politique officielle de l'État français, qui réussit à imposer les

en relation

  • Le 19éme siécle, généralité
    791 mots | 4 pages
  • Etat totalitaire
    15843 mots | 64 pages
  • Histoire politique contemporaine
    55942 mots | 224 pages