Nelligant vs baudelaire

869 mots 4 pages
ALEXANDRE LEBLANC

Dissertation comparative
Peut-on dire que les deux poètes partagent une vision similaire de la pensée créatrice ?

Travail présenté à
Suzanne St-james

Département de Littérature
CEGEP de Trois-rivières
Le 4 septembre 2014 La pensée créatrice est un thème souvent abordé par plusieurs auteurs, mais Baudelaire et Nelligan l'abordent d'une façon particulière. À partir de Nelligan avec « Clair de lune intellectuel »(1900) et Baudelaire avec « Élévation », je tenterai de départager si, oui ou non, les deux auteurs partagent une vision similaire de l'inspiration. Je répondrai à la question en abordant d'un premier coup l’ambiance général des deux œuvres et par la suite comment le rapport à la nature des deux auteurs influence la vision qu'ils ont de l'inspiration.

D'une première partie, le ton et l'ambiance entre les deux œuvres est diamétralement différent. D'abord avec Nelligan, l'auteur utilise un vocabulaire très sombre, donnant ainsi une impression de lourdeur et une sensation déprimante. L'utilisation fréquente d'antithèse donne des indices quant à la direction du poème, avec en exemple l'opposition D' « éclat » et « subtile »(L.7) ou encore « sonore » et « soupir » (L.10). Elles sont construites de manières à toujours écraser le positif du vers. Il parle de son inspiration comme ayant un « éclat », qui rappelle une image de grande lumière ou quelque chose de lumineux, mais vient l’atténuer avec « subtil », pour enlever de l'importance à cet éclat. De plus, le fais qu'il répète deux fois les mêmes deux vers: « Ma pensée est couleur de lumières lointaines, Du fond de quelque crypte aux vagues profondeurs, »(V.5-6 & 12-13), donne un nouvel indice quant à ça perception des choses, de son inspiration, traduisant en quelque sorte un effet de lourdeur, d'emprisonnement de sa pensée créatrice. En contre partie, Baudelaire aborde le sujet d'un tout autre point de vue. Il semble dès le débuts percevoir sa pensée de

en relation