Neuropsychologie cognitive

Pages: 14 (3383 mots) Publié le: 24 mai 2013
NEUROPSYCHOLOGIE COGNITIVE

Mme KOSTOVA



COURS 1 ( VOIR Pierre et Esraa !!!!

13-02-13

I. NEUROPSYCHOLOGIE COGNITIVE : 1960 première NPC

Historique :

La Neuropsychologie-cognitive a une démarche très différente de la neuropsycho-clinique.


Neuropsychologie-clinique : Localiser au niveau de l’architecture cérébrale, par rapport aux déficiences mentales.(Localisation était centrale, et voir architecture cérébrale… étude de patients cérébro-lésés pour établir relation structurelle et conséquence sur les comportements et fonction mentales)

Neuropsychologie-cognitive : Le concept de localisation reste central
Mais il s’agit de repérer des modules ou processus cognitif MAIS dans une architecturecognitive ! (Et non dansune architecture cérébrale !)
On s’intéresse au système cognitif et…
Comment les modules perturbés s’inscrivent au sein de la structure cognitive. (En lien à la psycho cognitive)



( On parle pour les 2 de patients cérébro-lésés : rapport cerveau/comportement
Ici : comprendre le fonctionnement de l’appareil cognitif !Intérêt est donc le même mais le programme de recherche est opposé !

L’approche cognitive :

Objectif : comprendre architecture et le fonctionnement du système cognitif.

Le patient cérébro-lésé : « préparation naturelle » (accident cérébrale fait que on peut essayer de comprendre le fonctionnement normal en observant les cérébro-lésions) On profite de ce que la naturenous offre pour observer ce qu’il se passe. Comprendre le sujet sain en partant de sujets pathologiques.

Les troubles : source d’inférences pour une mise à l’épreuve des modèles cognitifs.
Démarche résolument « fondamentale » (pour la recherche)
et « désincarnée » (car aucun intérêt pour le fonctionnement cérébral)

On parle ici de Syndromes cognitifs et dediagnostics cognitifs. (Ces termes sont utilisés dans un but cognitif, non neuropsychologique)

« Branche psychopathologique de la psychologie cognitive » Seron, 1994 
« Accident dans l’histoire des sciences ». Edelman, 1992

Cette approche a été qualifiée comme « un accident dans l’histoire des sciences », car il s’agissait d’un monde hypothétique, construire des modèles de plus en plus compliqués,ne tenant pas en compte de la plausibilité biologique.


Trois principaux Postulats :

|Modularité  |Une fonction cognitive est décomposable en sous-systèmes et modules élémentaires relativement autonomes. |
| |(Encapsulés/ indépendants). Une fonction cognitive est le résultat du travail d’un ensemble de modules, chaque |
||module étant autonomes les uns par rapport aux autres. |
| |Idée qu’une lésion cérébrale peut toucher/ perturber un seul module. |
|Fractionnement  | ||Transparence  |Les performances d’un patient cérébro-lésé reflètent le fonctionnement normal du système amputé du module lésé.|
| |C’est une vision extrêmement rigide, voir simpliste du fonctionnement cérébrale (aucune flexibilité, |
| |élasticité)|

Limite : C’est mécaniste, voir simpliste… pas de capacité flexibilité, de compensation, etc.



II. NEUROPSYCHOLOGIE FONCTIONNELLE : 1980 deuxième NPC (ou cognitive actuelle)


Démarche très différente.

Idée de base est que le comportement, du plus simple au plus complexe, est sous-tendu par des opérations cognitives qui se déroulent en amont. (dans la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Neuropsychologie
  • NEUROPSYCHOLOGIE
  • Neuropsychologie
  • Neuropsychologie
  • Cognitive
  • Cognitive
  • cognitive
  • Cognitive

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !