“Ni dieu, ni maître” vues philosophiques du marquis de sade

Pages: 10 (2485 mots) Publié le: 19 juin 2011
“Ni Dieu, ni maître” Vues philosophiques du Marquis de Sade
par

6B


TABLE DES MATIÈRES
Introduction 2
Présentation de L’auteur 3
Biographie 3
Bibliographie 4
Cadre spatio-temporel 5
Lecture et analyse de l’extrait 7
Extrait 7
Analyse de la forme 8
Analyse du fond 9

Conclusion 10

Sources 11

Introduction

Contemporain de Goethe, Diderot, d’Holbach etJ.-J. Rousseau, le Marquis de Sade est surtout connu pour ses romans libertins. Sa vie est d’ailleurs marquée par une série de procès et d’emprisonnements pour débauche. Son œuvre érotique, qualifiée par certains comme la plus importante librairie pornographique jamais vue, est émaillée par ses réquisitoires contre la religion dont la violence demeure à ce jour inégalée. C’est de cet athéismefurieux, c’est de cette conspiration de Sade contre Dieu lui-même que l’extrait choisi par Christophe Verselle va vous parler.
Pour Sade, bien avant Marx, il n’y a pas de liberté possible tant qu’on n’est pas débarrassé de la religion.

Présentation de l’auteur

Biographie
Le Marquis de Sade de son nom Donatien-Alphonse-François, compte de Sade, naît à Paris le 2 juin 1740 dans une vieille etprestigieuse famille aristocratique de Provence. Jusqu’à l’âge de dix ans, il est élevé par son oncle, l’abbé Jacques-François de Sade, lequel vivait dans un château entouré de filles de joie. A quatorze ans, il entre dans une école militaire réservée aux fils de la noblesse et participe à la guerre de Sept ans contre la Prusse. Il en ressort neuf ans plus tard, à 23 ans avec le grade de Capitaine.Dès son retour, il marque un penchant pour la débauche par sa fréquentation assidue d’actrices et de courtisanes ; femmes aux mœurs légères, et ce même après son mariage, le 17 mai 1763, avec Mlle de Montreuil, issue d’une famille noble et fortunée. Commence alors de nombreuses périodes d’emprisonnement de plus en plus longues pour des actes de dépravation et de cruauté. C’est pendant ces périodesd’internement qu’il commence à écrire des pièces de théâtre et des romans pour tromper son ennui.
Passant du donjon de Vincennes à la Bastille, il est transféré, dix jours avant sa prise, dans un asile d’aliénés à Charenton. Il est libéré en 1790. Il ne possède plus rien ; ses avoirs et ses biens ayant été pillés ou confisqués par les révolutionnaires et sa femme ayant obtenu la séparation suite àses violences conjugales. Pour survivre, il cherche à faire jouer ses pièces et écrit Justine ou les malheurs de la vertu, publié anonymement en 1791. Roman pornographique où le vice et la luxure se partagent avec la cruauté. Pour faire oublier ses origines nobles, il milite dans la section révolutionnaire de son quartier. La Révolution le reconnait comme l’un des siens, adore la liberté de sonesprit et l’éclat de sa conversation et, tout comme lui, souhaite, un Etat communiste d’où tous les prêtres seront impitoyablement bannis. Il devient secrétaire et puis président de séance d’une section révolutionnaire parisienne, en 1793, où il rédige, à ce titre, les pétitions les plus antireligieuses jamais écrites. Malgré cela, il est arrêté et condamné à mort fin 1793. Oublié dans sa prison à lasuite d’une erreur administrative, il échappe à la guillotine et est libéré en octobre 1794.
Il parvint à survivre grâce aux seuls revenus de ses écrits. Il publie, en 1795, Juliette. La presse l’accuse alors d’être l’auteur de Justine. En 1801, la police saisit ses ouvrages chez son imprimeur. On ne lui pardonne pas sa violence pornographique. Sans jugement, par simple décision administrative,il est enfermé à nouveau dans l’asile de fous de Charenton. Il y mourra le premier décembre 1814 sans jamais retrouver la liberté, malgré qu’il ait été parfaitement lucide. Cet esprit libre, sur ses 74 années de vie en aura passé 30 en prison.
Rapidement après sa mort, son patronyme, synonyme de satisfaire les sens, d’éprouver de la volupté en provoquant la douleur, a donné naissance au...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sans dieu ni maitre
  • Ni dieu ni gene
  • Ni vous sans moi ni moi sans vous
  • Ni vous sans moi
  • ni vous sans moi ni moi sans vous
  • ni mvous sans moi ni moi sans vous
  • Travail sur ni vous sans moi, ni mois sans vous.
  • Ni d'eve ni d'adam

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !