Panégyrique de trajan & eloge d'hélène

Pages: 9 (2013 mots) Publié le: 19 avril 2011
PANÉGYRIQUE DE TRAJAN, PLINE LE JEUNE ; ÉLOGE D’HÉLÈNE, ISOCRATE
Le panégyrique de Trajan de Pline le jeune, et L’éloge d’Hélène d’Isocrate, quoiqu’ils soient, pour l’un, grec, pour l’autre, romain, et séparés par trois cents ans d’intervalle, présentent des similitudes marquantes tenant à leur format commun. Plus encore que le souci du style, en effet, c’est la difficulté des éloges etl’habileté, la ressource, les sinuosités qu’ils requièrent, qui rassemblent ces louanges, ouvragés de telle façon qu’ils parviennent, sans jamais toucher précisément à leur sujet, à mettre en exergue les qualités de leurs modèles et à frapper l’imagination. Pour l’un comme pour l’autre, ainsi, la recherche stylistique ne se résume pas à une entreprise purement esthétique ; bien plus, elle est significatived’un art de la parole qui, loin de se circonscrire à la passion de la belle phrase, touche à l’honneur, au souci d’une pensée toujours créatrice, traduite, ici, par la mise en exergue de paradoxes apparemment insolubles, et qui, à ce titre, posent des problèmes fonciers et formels aux deux orateurs. A eux, dès lors, de démêler les contradictions imposées par leur exercice. Célébrer Hélène, figurescabreuse du panthéon grec, femme adultère, inconséquente, apparemment dénuée de vertus, celle-ci même qui mena, par la versatilité de ses inclinaisons et le mépris des enjeux politiques auxquels elle fut liée, aux affres de la guerre de Troie, source, de surcroît, d’un culte spartiate très ancré alors que les guerres du Péloponnèse et les frictions entre Athènes et Sparte peinaient à tomber ;voilà une entreprise apparemment perdue qui, pourtant, trouva grâce aux yeux des Athéniens, attirés par l’émulation spirituelle, la curiosité qu’elle était susceptible d’engendrer. C’est dans ces conditions qu’Isocrate, ancien disciple de Gorgias, fit, aux dépens de la rigueur philosophique selon laquelle il avait toujours réglé sa conduite, primer ses ambitions d’orateurs en défiant l’éloquence deson mentor. Pour autant, Pline le jeune, occupé, pour sa part, à louer l’empereur qui l’avait fait consul, ne semble pas, en tant qu’il ne s’acquittait que d’un devoir auxquels tous devaient satisfaire, n’ayant pour auditoire qu’une tribune d’amis sénateurs déjà acquis à la cause de Trajan, trouver dans son panégyrique les mêmes vertus qu’Isocrate lorsqu’il réhabilitait Hélène. Cependant, et endépit des trois cents années séparant les deux éloges, de nombreuses similitudes tant dans la démarche que dans les procédés semblent notables. S’il paraît bien naturel que les rhéteurs à l’étude se soient, l’un comme l’autre, attachés à faire de leurs discours des oeuvres susceptibles de prétendre au statut de littérature, il est possible d’établir des parallèles plus marquants entre les deux éloges,en ceci qu’ils revêtent, chacun à leur manière, un effort didactique évident, qu’il s’agisse de Pline le jeune tentant d’éclairer l’empereur sur la conduite à adopter ultérieurement, des torts à redresser et des qualités à mettre en valeur, ou d’Isocrate, par ce souci du paradoxe et d’une exaltation mutuelle des esprits au moyen du discours. Aussi ne s’agit-il pas uniquement de soulignerl’importance du contexte et les modalités selon lesquelles il fut, de façons semblables quoiqu’apparemment opposées, favorable à l’édification de tels hommages, mais de bien donner à voir que les motivations des deux orateurs se rejoignirent en bien des points, et dont l’aboutissement se trouvait dans la constitution d’une oeuvre véritable ainsi que dans l’éducation des hommes d’alors comme de ceux à venir; Pline le jeune allant jusqu’à confesser avoir, à propos de son discours, « pensé que rien ne convenait mieux à un bon citoyen que de reprendre une si riche matière, et de la traiter par écrit avec plus d'étendue. »

PANÉGYRIQUE DE TRAJAN, PLINE LE JEUNE ; ÉLOGE D’HÉLÈNE, ISOCRATE
Or, ces correspondances entre les deux éloges supposent, autant que des idéaux communs, des obstacles...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Trajan
  • Eloge
  • Eloge
  • Éloge
  • Eloge
  • Le myhte d'Hélène
  • Eloge
  • Eloge

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !