Pensez-vous que l'on puisse traiter de sujets graves ou sérieux sur le mode plaisant ou humoristique?

Pages: 10 (2262 mots) Publié le: 16 janvier 2013
A priori, il semblerait incohérent de parler de choses sérieuses sur le mode plaisant ou humoristique. En effet, on ne peut pas parler de choses sérieuses avec le sourire.
Tout d’abord, parce que certains sujets, tels que la mort, la religion etc., ne se prêtent pas à la dérision, surtout lorsque cela touche directement des personnes. Peut-on rire de tout ? Lorsque ces sujets sont des critiqueshumoristiques et que ces critiques sont mal interprétées, l’auteur peut ainsi se heurter à de vives contestations, à de vives révoltes. Il peut heurter les sensibilités des lecteurs, ce qui fut le cas lors des caricatures de Mahomet. Celles-ci sont parues le 30 septembre 2005 dans un journal Danois « Jyllands Posten ». Ces caricatures ont suscité de nombreuses manifestations dans le monde Arabe.Dessinées par douze auteurs différents et en réponse à l’écrivain Kare Bluitgen (qui se plaignait que personne n’illustre son livre sur Mahomet), de nombreuses institutions musulmanes ont réagit : la Lybie a fermé son ambassade à Copenhague, des manifestations au cours des quelles on brûlait des drapeaux Danois ont eu lieu, allant même jusqu’à des menaces de mort envers les dessinateurs. Cela eupour conséquence d’avoir profondément marqué les liens entre le Moyen-Orient et l’Occident. Tout comme en France, où les Guignols ont fait des caricatures excessives par rapport à des événements encore sensibles pour la majeure partie de la population. Certains ont jugé que les propos étaient blessants, c’est d’ailleurs pour cela qu’a été institué le Conseil Audio Visuel afin d’éviter desdébordements. Il en est de même pour Molière, qui avec Le Tartuffe a été censuré pour avoir heurté les dévots ou encore Dom Juan, du même auteur, dont la révolte des personnages et les pirouettes ont scandalisé bien des contemporains.
Mais c’est aussi parce que cela peut discréditer une idée : elle risque de ne plus être crédible. Ceci est le cas dans Candide de Voltaire. Au fur et à mesure que l’histoirese déroule, les personnages perdent de leur force de conviction à mesure qu’ils deviennent des marionnettes. En effet, Pangloss a pour philosophie que tout va bien dans le meilleur des mondes et c’est ce qu’il enseigne à Candide. Cependant, lorsque celui-ci est chassé du château, il se retrouve chez les Bulgares face à la guerre. Il est alors confronté à l’horreur : Pangloss a donc perdu toutecrédibilité quant à l’idée d’un un monde où tout va bien. La philosophie de Pangloss est finalement déconsidérée, parce que tout ne peut pas aller bien : Candide le découvre par lui-même lors de cette guerre, où tout n’est qu’horreur. Pangloss n’est donc plus en mesure de le convaincre. L’idée « tout va bien dans le meilleur des mondes » perd de sa conviction tout comme le conte Zadig  de ce mêmeauteur. Zadig croît désespérément et naïvement être heureux. Cependant, le destin semble s’abattre sur lui : sa vie est parsemée de déboires aussi brusques qu’imprévisibles, tels, qu’à chaque fois qu’il semble toucher à la félicité, un malheur survient ce qui le précipite dans la détresse. Ainsi, l’idée que Zadig puise être heureux a totalement été discréditée : ces nombreuses péripéties nous leprouvent.
Enfin, on ne parle pas de choses sérieuses avec le sourire parce que trop d’humour pourrait amener le lecteur à ne pas comprendre l’auteur. Le public pourrait passer à côté de l’humour de celui-ci, le conduisant à une mauvaise interprétation. C’est pour cela qu’il faut bien choisir son public tout comme il faut bien étudier son sujet. En effet, c’est le cas de Voltaire dans « Femmes soyezsoumises à vos maris ». Dans ce dialogue entre la Maréchale (qui a une forte personnalité) et l’abbé, le publique pourrait d’abord penser qu’elle se moque de l’Eglise et qu’elle critique l’Eglise à travers l’apôtre Saint Paul qu’elle qualifie de « très impoli ». Seulement non, elle ridiculise seulement les hommes et les caricatures. Femme très cultivée, s’intéressant au théâtre, elle ne...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !