Peut-on parler de la fin des religions ?

Pages: 12 (2795 mots) Publié le: 30 décembre 2011
Interdiction de recourir à l’avortement, décidée par le pape Benoît XVI, menaces de mort à l’encontre d’auteurs de pièces de théâtre jugées blasphématoires (« Golgota Picnic »)... Voila quelques exemples nous montrant les difficultés d’adaptation du Christianisme aux droits et aux libertés dont nous jouissons dans le monde contemporain. Le Christianisme n’est pas la seule religion que nouspouvons citer : l’Islam, par une lecture du Coran jugée parfois contradictoire édicte un mode de pensée et de vie archaïque dans certains pays (l’application de la loi islamique ou la Charia en Arabie Saoudite, en Iran…) non conforme aux droits dont doivent normalement jouir les Hommes de nos jours. Attention, cela ne signifie pas que les religions disparaissent, mais force est de constater que lacroyance est de moins en moins importante, surtout en Occident, à cause de plusieurs facteurs que nous détaillerons plus tard. Pour autant, peut-on parler de la fin des religions ? Autrement dit, les religions telles que nous les connaissons sont-elles amenées à évoluer vers de nouvelles croyances, de nouvelles pratiques ? Sont-elles à un tournant dans leur histoire ? Pour cela, nous étudierons enpremier lieu les différents facteurs qui font que les religions régressent majoritairement : la sécularisation, les avancées technologiques, les transformations de la société… Dans un second temps, nous soumettrons une objection à la première thèse en montrant que ce recul n’a pas lieu dans tous les pays et que les religions restent importantes dans certaines régions du globe, elles peuvent mêmeêtre synonymes de conflits ou de tensions. Enfin, nous étudierons la place que sont en train de prendre le phénomène dit de la « mondanisation religieuse » par rapport aux religions traditionnelles et en quoi consistent ces croyances.

De nombreux facteurs sont à l’origine de la régression des religions. En premier lieu, il y a les découvertes scientifiques et les avancées technologiques. Eneffet, nous découvrons chaque jour davantage d’éléments sur l’origine de la vie, sur nos origines humaines. Et cela, nous le devons à la science et non pas aux religions. Durant des siècles, les religions eurent le pouvoir sur le savoir : l’école (pour les plus riches) était gérée par l’Eglise Catholique en Occident, et tous ceux qui souhaitaient contredire l’Eglise sur certains pointsscientifiques s’exposaient à de graves répercussions. Par exemple, Galilée au XVIIème siècle fut persécuté par l’Eglise à cause de sa théorie de l’héliocentrisme, qui plaçait le Soleil au centre de l’Univers et non pas la Terre comme le prétendait l’Eglise, ce qui valut censures et humiliations. Mais la fin des monarchies absolues au XVIIIème-XIXème siècles permit à certains scientifiques d’exprimer leursthéories sur des sujets très importants. Par exemple, Darwin proposa sa théorie de l’évolution et de la « sélection naturelle » qui ébranla le Christianisme : selon la Bible, Dieu a façonné lui-même l’homme, il ne descend pas d’espèces primitives comme le singe. Ces nouvelles découvertes portèrent préjudice aux religions, car l’opinion publique se trouvait face à un dilemme : en effet, qui croiremaintenant que de nouvelles théories voient le jour, elle qui avait toujours cru aveuglément aux religions ? Nous assistons donc depuis deux siècles à une perte d’influence de l’Eglise et des religions en général sur le savoir commun, désormais influencé par les sciences.
Nous assistons également depuis quelques années à une séparation entre les religions et l’Etat en Europe et plusgénéralement dans le monde occidental. En France, la loi de 1905 est celle qui fit basculer le pays en un Etat laïque. Le principe de la laïcité est simple : elle permet de protéger les citoyens en leur accordant l’égalité et le respect de la vie privée car l’Etat les croyances de chacun. Il n’y a plus de religion d’Etat. Mais cette laïcité provoque aussi un désintéressement de l’Etat pour les affaires...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Peut-on parler d’une religion naturelle ?
  • La société évolue ; pour autant, peut-on parler de fin du modèle familial ?
  • Tu peut parler chinoi sans parler français ?
  • Peut on se passer de religion ?
  • Peut-on parler de respect de droits de l’homme dans une nation qui fait d’une religion la religion de l’etat ?
  • Peut-on se passer de religion ?
  • Peut-on se passer de religion ?
  • Peut on se passer de religion ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !