Philippe bernoux, 1990 (ed. or.1985), "la sociologie des organisations", editions du seuil, paris, 382 pp.

1814 mots 8 pages
Philippe Bernoux, 1990 (ed. or.1985), "La sociologie des organisations", Editions du Seuil, Paris, 382 pp. I. LA THEORIE DES ORGANISATIONS.

Introduction :

La sociologie des organisations est un nouveau domaine théorique qui se développe depuis quelques années. Elle a pâti de l’image négative de la sociologie, longtemps considérée comme une matière inutile (p. 9) mais qui devient importante depuis une « prise de conscience de l’importance stratégique de la vie des organisations et des institutions » (p. 11). A cela vont s’ajouter deux éléments :

- La relativisation de la personnalité du dirigeant comme seule explication de la reussite de l’entreprise et l’introduction du concept de structure. « Comment expliquer les différences de taux de création entre pays ? » (p.12) L’exemple est donné au travers la comparaison entre la France et les Etats Unis : le taux beaucoup plus elevé de creation des entreprises aux Etats Unis ne peut pas etre expliqué sans considerer le système americain qui favorise mieux que le système français l’emergence de ces personnalité…(p.13). Dans ce cas l’explication par l’aspect individuel est consideré comme partiel et necessite le recours à la structure où l’individu evolue.
- Le regard porté sur le fonctionnement des organisations sous leur aspect conflictuel : la reussite d’un groupe humaine ne necessite plus d’une absence de conflits, mais de son gestion, de son clarification
Chapitre I : Que cherchons-nous à expliquer ?

a- L’importance de partir d’une question dans une démarche de recherche en sciences sociales

Dans cet ouvrage, l’auteur décide de partir d'une question et non d'une définition. Cela pour eviter de donner une definition partiale du concept qui demanderait son historicisation. « Faute de le faire, il laissera croire que sa definition est suffisante et entrainera ses lecteurs sur des pistes non critiquées » (p.18). Une théorie depend de la question que le chercheur se pose : l’exemple est la definition

en relation

  • Kqdqsd
    127048 mots | 509 pages
  • Intelligence Economique en France
    39613 mots | 159 pages
  • finance
    143584 mots | 575 pages
  • These C Bruyat 1
    152609 mots | 611 pages
  • entreprenariat
    155333 mots | 622 pages
  • These de bruyat
    152927 mots | 612 pages
  • Audit sociale
    234816 mots | 940 pages
  • thèse de doctorat en Anthropologie
    128959 mots | 516 pages
  • Histoire du controle budgétaire
    82220 mots | 329 pages
  • Soutenance
    131065 mots | 525 pages