Pratique de la représentation et théorie de la connaissance chez boubacar boris diop

Pages: 23 (5538 mots) Publié le: 27 août 2011
Arouna Coulibaly Université de Cocody

PRATIQUE DE LA REPRESENTATION ET THEORIE DE LA CONNAISSANCE CHEZ BOUBACAR BORIS DIOP
Le travail de la création artistique consiste pour une très grande part à « représenter ». En effet, l’acte de représentation dit-on, est « intimement lié à l’art, notamment dans les arts visuels, où la représentation est plus particulièrement un mode sémantiqueconsistant en l’imitation de l’apparence » . Représenter, c’est « mettre en présence », c’est « étymologiquement, l’action de replacer devant les yeux » . C’est aussi « ce que l’on se représente, ce qui forme le contenu concret d’un acte de pensée » et « en particulier la reproduction d’une perception antérieure » . De ce point de vue, l’artiste peintre qui crée un tableau avec des couleurs ou desmatériaux divers, le sculpteur qui façonne la matière, lui donne forme et relief, le musicien qui agence des notes en harmonies, l’écrivain qui combine les mots … représentent des « objets » perçus, des « objets » imaginés, une scène, une « réalité » intérieure, une émotion, une sensation, un état d’âme … D’emblée, on peut dire que représenter quelque chose, c’est autoriser, par quelque moyen, par uneforme particulière d’expression, à appréhender cette chose, à la « percevoir » indirectement. C’est, par là même, aider à la connaissance de cette chose sinon dans sa totalité, du moins dans un de ses aspects particulièrement significatifs. Forcément subjective et susceptible de différenciations entre le « représenté » et le « représentant », la représentation révèle l’objet représenté autantqu’elle révèle celui qui le représente. On pourra donc dire qu’elle est, d’une certaine façon, idéologiquement marquée, si nous entendons par ce terme un « ensemble de conceptions ou de systèmes d’idées » propre à un groupe social ou à un individu. En effet, qu’est ce qui pousse à représenter, si ce n’est le désir de « montrer », à travers notre point de vue, à travers le prisme de notre subjectivité,comment quelque chose nous apparaît et comment nous voudrions que cette chose soit perçue par autrui ? Le romancier, parce qu’il ne cesse de représenter des destins, des scènes, des personnages, des objets concrets ou des choses abstraites exprime quelque chose. Autant donc que la représentation en elle-même, en tant que procédé d’écriture, la signification explicite ou non qui lui estconsubstantielle mérite d’être décryptée.
Il convient donc ici de s’interroger sur la façon dont s’opère cette pratique chez un écrivain comme Boris Diop. Que représente ce romancier et comment le représente t-il, dans un récit complexe à l’architecture très enchâssée comme Le Cavalier et son ombre et dans un récit simple « au style volontairement dépouillé » mais au sens profond comme Murambi le livre desossements ?
Intégrant, dans un savant mélange des genres, le conte au roman, la première œuvre évoque l’histoire de Lat-Sukabé (le narrateur) et de sa compagne Khadidja. Partie à la recherche de ses chimères, Khadidja, qui semble lutter contre la mort à Bilenty, demande, après huit années d’absence, le secours de Lat-Sukabé. Arrivé dans une petite ville de l’Est, le jeune homme attend unmystérieux passeur qui doit lui permettre de traverser le fleuve pour atteindre Bilenty. Comment en sont-ils arrivés là ? Il se remémore sa vie commune avec Khadidja. Pour survivre dans un environnement ou la misère est reine, la jeune femme répond à une offre d’emploi assez singulière : sa tâche, simple en apparence, ne consiste qu’à raconter des histoires, toutes sortes d’histoires à un riche maismystérieux auditeur dont l’identité doit lui rester inconnue. Les contes de Khadidja et la « réalité » vont pourtant se rencontrer et s’entremêler. La jeune femme qui invente de nombreuses fables dont Le Cavalier et son ombre, se retrouve justement en face d’un personnage sans visage : une silhouette, une ombre. Tentant, au péril de son fragile équilibre mental, de se faire une représentation...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Théorie de la connaissance chez spinoza
  • Theorie de la connaissance chez john locke
  • Théorie de la connaissance
  • De la représentation des connaissances au web sémantique
  • Des théories aux pratiques
  • Théories et pratiques
  • La représentation de la femme chez Disney
  • La connaissance de soi chez Platon et Xenophon

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !