Prendre la parole, est-ce prendre le pouvoir?

Pages: 16 (3954 mots) Publié le: 16 février 2011
Introduction Si l’on définit le pouvoir comme la capacité de prendre des décisions et d’obtenir que celles-ci soient suivies d’effet, le droit à la parole semble en constituer l’une des clefs. Pour exercer le pouvoir, en effet, il faut avoir la capacité de prendre la parole et de se faire entendre ; réciproquement, toute personne qui dispose d’un auditoire « captif » obtient par là même unpouvoir, c’est-à-dire une possibilité de donner des ordres, ou de suggérer des comportements non spontanés, et, par conséquent, d’imposer sa volonté. D’un autre côté, pourtant, le registre du langage est antinomique par rapport à celui de la violence : « la violence qui parle, c’est déjà une violence qui cherche à avoir raison, c’est une violence qui se place dans l’orbite de la raison et qui commencedéjà à se nier comme violence » (Paul Ricœur, La violence, 1967). Le fait de vouloir agir et intervenir dans l’élément du langage (« prendre la parole ») semble donc relever d’une démarche rationnelle et éthique, c’est-à-dire respectueuse du sujet auquel l’on s’adresse. La question posée (« prendre la parole, est-ce prendre le pouvoir ? ») soulève donc une interrogation préliminaire sur la nature dupouvoir : le pouvoir est-il essentiellement violent ? Si tel est le cas, la parole, qui enveloppe le pouvoir, peut-elle devenir l’instrument d’une telle violence ? Ou bien doit-on prendre en considération l’existence d’un pouvoir concerté, auquel cas l’exercice de la parole, tout en exprimant une forme de pouvoir, ne relèvera pas du « diktat » (exercice unilatéral de la parole). C’est ainsi qu’endémocratie l’accès à l’espace public, c’est-à-dire la capacité à la fois de prendre la parole et de conquérir par ce biais le pouvoir est encadré par des règles strictes qui visent à réduire la dimension irrationnelle de la prise de pouvoir, alors même que celle-ci s’effectue dans un cadre légal.

Plan
Oui : pouvoir et parole sont indissociables II Mais : prendre la parole ne constitue uneprise de pouvoir que dans certains contextes III Violence de la prise de parole : on ne « prend » pas la parole dans une république. I. Pouvoir et parole sont intimement liés Ce constat est à la portée de tous. Chacun peut observer que les hommes (incluant les femmes) qui ont du pouvoir tiennent des discours. Et réciproquement toute personne qui a la possibilité de tenir un discours devant un publicattentif possède par là même un pouvoir. À cet égard, on peut citer l’accès des femmes au pouvoir qui passe par le droit à la parole à la maison, dans la rue (combat de suffragettes) puis dans l’espace public (parlement, médias). Le succès et l’influence sans cesse confirmés et amplifiés des femmes qui ont « pris la parole » au XXe siècle (écrivains, journalistes, philosophes) - à la suite, entreautres, d’Olympe de Gouges - est à cet égard probant. 1. Le pouvoir implique la parole C’est flagrant en ce qui concerne le pouvoir politique. Le chef d’État, les ministres etc. sont sommés de prendre la parole constamment. Mais c’est vrai aussi pour tous les pouvoirs non « politiques » (au sens strict) c’est-à-dire dans tous les domaines où l’autorité se traduit par la capacité de parler (avecpertinence) sur des sujets à propos desquels on dispose d’une compétence et donc d’une légitimité pour en parler. Car ce que l’on appelle « le » pouvoir ne renvoie pas seulement à la capacité de prendre des décisions ayant trait à l’ordre public. C’est aussi le « pouvoir-savoir » dont parle Michel Foucault (cf. texte ci-joint) qui se distribue en de multiples centres d’action, et instances, ouencore ce qu’il nomme les « micro-pouvoirs » : pouvoir du savant, du médecin (cf. les médecins de Molière) du professeur, du « psy », du philosophe, de l’intellectuel. « engagé » etc. À ce propos, on remarque que ce qui est décisif n’est pas la quantité (parler beaucoup) mais la qualité de la parole, ou plutôt la qualité de l’écoute comme en témoigne le cas du « psy » qui parle très peu mais qui a...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Prendre la parole en public
  • prendre le
  • Ne pas le prendre
  • Prendre soin
  • Prendre soin
  • Le prendre soin
  • Prendre un reveil
  • Prendre conscience de soi

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !