Prose du transsiberien blaise cendrars

Pages: 21 (5003 mots) Publié le: 15 avril 2012
Fruit de la collaboration entre le poète Blaise Cendrars et le peintre Sonia Delaunay, la Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France est sans doute l’un des ouvrages les plus représentatifs de la modernité du début du XXe siècle. D’une part, sa présentation dans l’édition originale a de quoi surprendre : il s’agit d’un dépliant de 2 m de haut qui juxtapose au poème, imprimé dans unetypographie polychrome et désarticulée, une composition picturale que son chromatisme et son cinétisme vibrants accordent à la course du train et à la violence du contexte guerrier. D’autre part, le récit qui sert de prétexte au poème est un récit lacunaire, dont la linéarité est sans cesse brisée par des interventions du narrateur qui mêle d’autres souvenirs, plus anciens ou plus récents, à ceuxdu voyage à bord de l’Extrême-Orient Express qu’il prétend avoir effectué dans l’hiver 1904-1905 et médite sur son évolution d’homme et de poète. Pourtant, au cœur du poème, ce qui s’offre n’est pas l’une de ces parenthèses introspectives qui contribuent à la modernité du texte en rompant la continuité narrative, mais un dialogue – le seul de tout le poème – qui juxtapose une voix féminine et unevoix masculine, celle de Jeanne et celle de Blaise. Un bien étrange dialogue il est vrai. Car, alors même que, pour la première et la dernière fois, il donne la parole à un personnage, « la petite Jehanne », doté par le titre de l’œuvre d’une indiscutable importance, il ne lui concède que des propos pauvres et répétitifs, apparemment insignifiants. On est donc fondé à s’interroger sur les enjeuxet la fonction de la forme dialoguée, à la fois exhibée dans sa singularité par la place centrale qu’elle occupe et dénoncée, semble-t-il, dans sa facticité. Après avoir examiné comment le dialogue apparent cache en fait un monologue intérieur et avoir ainsi fait apparaître comment s’y révèle une dualité antithétique qui fait sens au point de vue de l’aventure existentielle et au niveau del’aventure poétique, on pourra tenter de cerner le seul vrai dialogue décelable : celui du poète et du peintre, l’un des ferments les plus actifs de la modernité de l’œuvre.

I. Dialogue ou monologue

1. Dialogue apparent, monologue réel

Formellement, le passage central se présente comme un dialogue entre le héros, Blaise, double adolescent du narrateur que de nombreux indices textuels imposentd’identifier à l’auteur de la Prose du Transsibérien, et un personnage au statut incertain – sans doute créature de pure fiction –, Jeanne, que les vers précédents ont présentée comme une jeune prostituée française. À six reprises – trois dans le passage qui nous concerne – une brève question adressée par « Jeanne » à « Blaise » introduit une réponse où le jeu des pronoms personnels (« nous » et « tu»), des adjectifs possessifs (« ton », « nos ») et l’apostrophe « Jeanne » marquent clairement l’adresse à l’allocutaire. La forme dialoguée saute aux yeux. D’autant plus que le travail sur la typographie fait ressortir la différence entre la voix de Blaise et celle de Jeanne : la question de la jeune prostituée est toujours imprimée en caractères de corps supérieur et plus chargés de graisse que nele sont ceux qui reproduisent le discours du héros.

Mais si, au premier regard, on ne peut douter d’avoir affaire à une conversation entre les protagonistes, la prise en compte de la teneur des propos vient remettre en cause la notion même de dialogue. En son début, certes, chaque réplique du héros paraît mériter pleinement le nom de réponse par l’adéquation entre son contenu et celui de laquestion qui l’introduit. Ainsi les paroles de Blaise : « Nous sommes loin, Jeanne, tu roules depuis sept jours / Tu es loin de Montmartre » répondent exactement à l’interrogation de la jeune prostituée : « Blaise, dis, sommes-nous bien loin de Montmartre ? » Elles confirment l’éloignement spatial en mesurant le temps écoulé depuis le début du voyage ferroviaire. Quant à l’injonction qui ouvre...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire : blaise cendrars, la prose du transsibérien et de la petite jeanne de france
  • Prose du transsibérien et de la petite jeanne de france, blaise cendrars, v. 50-99
  • La prose du transsibérien
  • La prose du transsibérien
  • La prose du transsibérien
  • prose du transsibérien
  • La prose du transsibérien
  • Prose du transsibérien

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !