Que gagnent les sentiments à être dits

273 mots 2 pages
Que gagnent les sentiments à être dits?

Autrement dit qu'y a-t-il de plus dans un sentiment dit que dans un sentiment qui n'est pas dit. Gagne suggère un progrès, une amélioration grâce à l'expression. A quoi bon parler? Réfléchissez: s'il y en a qui retarde indéfiniment leur déclaration c'est qu'il y a beaucoup plus lorsque la déclaration est faite qu'avant...

sentiment=état affectif ayant pour objet une personne (tendresse, jalousie...). Ce qui s'éprouve soi même de manière immédiate sans avoir pour origine les sens ou un jugement rationnel: ce qui n'est donc pas justifié mais qui s'affirme sans médiation: par exemple la peur.

=>Les sentiments gagneraient-ils l'existence à être dits dans une parole intérieure que l'on s'adresse à soi même: par exemple on découvre en même temps qu'on aime et qu'on n'est pas aimé voir http://www.philagora.net/lettres/jamet.php
(Analyser le passage de la confusion à la clarté grâce à la parole, au dire)

=>Les sentiments y gagneraient-ils le passage de l'intention à l'action?
(Analyser la déclaration d'amour)

=>Le sentiment gagnerait-il la chance d'être partagé? Comment, pourquoi?

La difficulté n'est donc pas de répondre à la question posée mais cela ne suffirait pas pour réussir votre dissertation: toute la difficulté sera la problématique: l'embarras devant un problème la question de la question. Par exemple: gagner ou perdre?

Voyez dans aide aux dissertations http://www.philagora.net/dissert.php l'aide n°35 Peut-on tout dire? et peut-être le

en relation

  • Les 7 habitudes des gens efficaces
    3503 mots | 15 pages
  • Stratégie média de ikea
    893 mots | 4 pages
  • Mao 2
    1729 mots | 7 pages
  • analyse profane
    2134 mots | 9 pages
  • Paris au temps des misérables
    1554 mots | 7 pages
  • Le romantisme
    3276 mots | 14 pages
  • Guy fortier
    2486 mots | 10 pages
  • 01 analyser le contexte de communication
    2588 mots | 11 pages
  • Les évangéliques à la conquête du monde
    3536 mots | 15 pages
  • Football et mondialisation
    2599 mots | 11 pages