« Quoi de plus absurde que le progrès, puisque l'homme reste toujours semblable et égal à l'homme, c'est-à-dire à l'etat sauvage. » (charles beaudelaire)

1097 mots 5 pages
L'humanité a toujours eu une tendance civilisatrice qui l’a amenée à se développer matériellement. Charles Beaudelaire, grand poète du XIXème siècle, écrivit en 1851 que ce progrès était inutile car l'homme restait attaché à son comportement et à son mode de pensée sauvages. Le terme « sauvage » désigne par définition ce qui n'est pas civilisé. Beaudelaire stipule donc que l'évolution de la civilisation laisse la nature humaine immuablement primitive, incapable de progresser spirituellement. Ainsi, l'homme ne devrait pas passer son temps à rechercher le développement de ses techniques ou de sa technologie si son instinct sauvage continue de le dominer. Le progrès, qui dans le cadre de ce sujet-ci est technique, est-il réellement superflu en raison de l'incapacité de l'être humain de sortir de l'état sauvage et primitif, de développer son côté moral? Tout d'abord, il convient de comprendre le contexte dans lequel Beaudelaire émit son opinion. La révolution industrielle générait en ce XIXème siècle de nombreuses inégalités sociale. Le progrès technique n’avait qu’accru le fossé entre les riches et les pauvres et mené une partie de la population à être exploitée. Les moyens techniques ont continué leur évolution depuis lors mais la situation n’est plus la même dans la monde de l’industrie, bien que les inégalités demeurent. Il y a par ailleurs toujours une certaine exploitation économique dans certaines usines du Tiers Monde, qui vont parfois jusqu’à perpétuer le travail des enfants. Toutefois, il existe de nombreuses associations qui luttent contre les inégalités sociales et les mauvaises conditions de travail. Que leurs effets soient réels ou non, elles témoignent de l’entraide, de la compassion, et de la compréhension dont peuvent faire preuve les êtres humains.
De plus, l'humain garde génétiquement toujours en lui une part animale et primitive. Cette part génétique peut transparaître dans son comportement. La guerre a témoigné de la cupidité et l'envie de

en relation

  • « Quoi de plus absurde que le progrès, puisque l'homme reste toujours semblable et égal à l'homme, c'est-à-dire à l’état sauvage. » (charles beaudelaire)
    267 mots | 2 pages
  • mmmmmmmmmmmmm
    1221 mots | 5 pages
  • kateb yacine
    53683 mots | 215 pages
  • Dissert'
    95680 mots | 383 pages