Remise en cause et renouveau du keynésianisme

Pages: 9 (2182 mots) Publié le: 14 mars 2011
Publiée en 1936 par John Maynard Keynes, la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie s’impose comme une œuvre économique majeure du XX ème siècle. La crise de 1929 permet à Keynes de se dégager définitivement de l’influence des analyses des néoclassiques en mettant l’accent sur le rôle et la nature de la monnaie, sur l’importance de l’incertitude et des anticipations etsur la place décisive des entrepreneurs dans la dynamique économique. Tout va amener Keynes à devenir un véritable courant de pensée économique et son influence va devenir planétaire, notamment grâce à sa carrière professionnelle. Beaucoup de théories et de politiques vont être basée sur la pensée keynésienne. Néanmoins, ceci ne dura pas éternellement et les premières critiques ont faitleurs apparitions et ce fut le début d’un débat entre les nouveaux courants keynésien et les contradictoires.
Pour cela nous verrons dans la première partie la remise en cause du keynésianisme par le biais des monétaristes, de la nouvelle école classique et de l’école de l’offre, et dans la deuxième partie le renouveau du keynésianisme et notamment les Néo-keynésiens et la nouvelle écolekeynésienne.

I)Les théories keynésienne vivement critiquées

Dans cette partie nous allons commencer par voir la vision qu’ont les monétaristes à propos des théories économiques de Keynes puis nous plongeront par la suite dans celle de la nouvelle économie classique pour finir par l’école de l’offre et l’ intervention de l’Etat.

A)Friedman et les monétaristes à l’opposé de Keynes- Friedman et Keynes sont contradictoires à propos du chômage.
Pour Friedman ,il existe un taux de chômage naturel et incompressible né de l’inadaptation de certains actifs à remplir les conditions fixés par le marché du travail ,une politique de relance ne peut pas faire baisser ce chômage structurel, mais elle induit une croissance rapide de la demande qui bute à court terme sur lapénurie d’offre qui provoque des tensions inflationnistes.
Keynes : le chômage est dû à l’insuffisance de la demande par rapport à l’offre ainsi qu’ au phénomène frictionnel qu’est la recherche d’emploi.

- En règle général affirme Friedman, les agents règlent leurs dépenses non pas sur le revenu courant comme l’affirmait Keynes (de la période) mais sur le revenu permanent (revenus anticipéssur le moyen long terme).

- Il pense que faire baisser le taux d’intérêt ne tend à relancer l’économie mais plutôt à générer de l’inflation.
Pour Keynes il faut augmenter l’offre de monnaie qui à long terme devrait avoir un effet positifs sur l’économie.
De plus, il pense que l’inflation est présent dès le départ dans la sphère réelle alors son homologue la centre plus dans la sphèremonétaire.
Friedman évoque le fait que la hausse des prix provient d’une croissance de la demande plus rapide que la production. Ceci résulte d’une croissance excessive de monnaie en circulation et d’une neutralité de la monnaie.(accroissement de la masse monétaire=>hausse de la demande=>hausse des prix).

- Une politique de relance de type keynésien ne peut être efficace, car lemultiplicateur multiplie non pas le revenu national et l’emploi mais les prix. Ces politiques engendre donc l’inflation pour deux raisons : - La hausse des revenus nominaux ne permet de relancer l’économie qu’ à court terme, car les agents économiques ne sont victimes de l’illusion monétaire que pendant un temps limité
-Un taux de chômage naturel.

-Pour finir, l’intervention de l’Etat est perçue de manière différente par les Keynésiens et les monétaristes.
Les premiers prônent l’interventionnisme : -politique monétaire expansionniste qui réduit le coût du crédit et peut encourager le crédit et donc la dépense et décourager l’épargne oisive, surtout si les agents anticipent une reprise durable de la croissance et de l’emploi...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le keynésianisme : son application et sa remise en cause depuis les années 1930
  • La remise en cause du système capitaliste
  • La remise en cause de la sous-traitance
  • Remise en cause du capitalisme
  • La remise en cause des medias traditionnels
  • Remise en cause du controle budgetaire
  • Remis en cause de l'analyse financière
  • La remise en cause de l'onu

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !