Revolte et resignation

Pages: 18 (4407 mots) Publié le: 14 novembre 2012
Faut-il préférer la révolte à la résignation ?

Sommaire
Index des sujets
Analyse du sujet
Les mots du sujet

Les deux mots à souligner sont "révolte" et "résignation"

Révolte : se révolter, c'est désobéir à une règle, une loi, une prescription. Le révolté est celui qui dit non, qui refuse, et pas seulement par les mots mais aussi par l'action. On ne confondra pas révolte etrévolution. La révolte peut être le fait d'un individu seul ou d'un petit nombre d'individus et peut s'opérer contre n'importe quelle règle. La révolution, elle, est nécessairement le fait d'un groupe et s'oppose au pouvoir politique qu'elle cherche à renverser pour aboutir à une autre forme d'Etat.
Résignation : se résigner c'est accepter d'obéir à un ordre, une règle, une loi mais en le faisant àcontrecœur. L'homme qui se résigne n'obéit pas de bonne grâce. Il accepte une règle qui lui semble nuisible ou injuste.

On voit donc que les deux notions s'opposent.
Le sens du problème

On entourera "faut-il" et "préférer"
Le verbe falloir à deux sens en français. Il signifie "être nécessaire" ou "avoir le devoir de". Il n'y a aucune raison ici de négliger l'un des deux sens.
Préférer,c'est considérer comme meilleur parce que c'est plus utile ou plus désirable ou plus moral.
Le sujet nous invite donc à chercher des raisons de choisir entre ces deux contraires que sont la révolte et la résignation. Il s'agit de se poser à la fois la question de la nécessité du choix (elle renvoie d'ailleurs plus à la thématique de la résignation qu'à celle de la révolte : si la révolte estimpossible, il est nécessaire de préférer la résignation) et celle de son devoir. Y a-t-il non seulement un droit mais même un devoir de révolte ou au contraire mon devoir est-il d'obéir, même à contrecœur ?
Présupposé de la question

Il n'y en a pas.
Réponse spontanée

Elle n'est pas claire et sera sans doute très différente selon sa personnalité. Il y a ici une question qui se présente vraimentcomme un problème puisque aucune réponse spontanée ne se présente.
Plan rédigé
Introduction

Si, comme le souligne Freud, tout individu en vertu du principe de plaisir cherche à faire ce qui lui plaît et à éviter toute cause de déplaisir, il n'en reste pas moins vrai que la réalité nous impose des situations contraignantes voire déplaisantes. Face à une situation inacceptable ou du moinsdésagréable deux attitudes sont possibles : se soumettre c'est à dire se résigner ou, au contraire, refuser c'est à dire se révolter. De ces deux attitudes laquelle est préférable et surtout laquelle est-elle conforme à mon devoir ? L'enjeu de cette question et celui de la liberté humaine dont on peut se demander si elle doit s'affirmer en toutes circonstances ou au contraire s'admettre des limites. Larésignation peut d'abord paraître nécessaire voire utile ou même légitime. Cependant, face à l'injustice l'homme n'a-t-il pas le droit, voire le devoir, de se révolter.
I Les raisons de la résignation

1) Nécessité de la résignation
Pour pouvoir se révolter, encore faut-il être libre d'agir, libre de réaliser ses desseins. Que vaudrait une révolte d'avance vouée à l'échec ? A quoiaboutirait-elle sinon à une nécessaire insatisfaction ? Le problème est donc avant tout celui de la possibilité de la révolte. Si la révolte est impossible, la question se résout d'elle-même : il est nécessaire de se résigner.
Quel est donc mon pouvoir d'action face au monde ? A cette question, les stoïciens répondirent : aucun. L'univers, selon eux, serait régi par les lois strictes du déterminisme. Toutest déterminé. L'ordre de la nature est réglé selon les lois strictes de la causalité et l'homme, élément de cette nature, ne peut rien y changer. Il ne lui reste donc plus qu'à accepter. Certes l'homme est libre de penser, libre de son attitude face au monde, mais refuser l'ordre des choses, c'est nécessairement être malheureux, c'est nécessairement voir ses desseins échouer. Il y a là une...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Faut-il préférer la révolte à la résignation
  • faut-ifaut-il préférer la révolte à la résignation?
  • Philosophie faut-il préférer la révolte à la résignation ?
  • La revolte
  • Révolte
  • La revolte
  • Revoltes
  • La révolte

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !