Rhinoseros

Pages: 6 (1382 mots) Publié le: 13 mars 2013
Introduction au texte
Dans la pièce Rhinocéros (1959) Eugène Ionesco prend la défense de l’homme contre les influences idéologiques.
Le personnage principal de la pièce, Bérenger, un humble employé, est assis, un dimanche matin, à la terrasse d’un café en compagnie de son ami Jean. Ce dernier reproche à Bérenger son caractère négligent. A ce moment on voit un rhinocéros qui passe, puisun autre, courant en un sens contraire. Jean affirme catégoriquement que le premier rhinocéros était d’Asie parce qu’il avait deux cornes et l’autre, muni d’une seule corne, d’Afrique. Bérenger n’a pas d’idée précise sur le problème. Les deux amis se séparent en se querellant.
Au bout de quelque temps, les rhinocéros, deviennent de plus en plus nombreux et envahissent la ville. En même temps,il devient clair que ce sont les habitants de la ville qui se métamorphosent en bêtes. Tous les amis et collègues de Bérenger, y compris Jean, perdent “leur visage humain” et se transforment en rhinocéros. Bérenger, cependant, refuse de se rendre et d’être contaminé par cette maladie. Il veut conserver sa personnalité.: “Je suis le dernier homme, je le resterai jusqu’au bout”.
L’épisodeproposé pour l’analyse est extrait de l’Acte 2, Premier tableau. La scène ci-dessus se situe dans un bureau où travaille Bérenger.
Explication de texte
Il faut remarquer tout d’abord que les repères temporels dans le texte ci- dessus sont imprécis. On ne sait pas au juste combien de temps dure l’action. Cet effet, semble-t-il, est spécialement recherché par l’auteur.
Le texte se composedans toute sa longueur d’échanges de répliques entre les personnages. Il convient de dire à ce propos que dans les œuvres dramatiques modernes, le monologue est rare. Dans cette pièce de Ionesco, notamment, la forme monologique n’est employée qu’à la fin. Les personnages sont vaguement personnifiés, c’est à dire que le lecteur a peu de renseignement sur eux. L'intérêt dramatique de la scèneanalysée est lié au langage, à l’enchaînement des repliques. L’une des façons de réaliser ce dynamisme est la reprise d’un mot, le plus souvent par l’anaphore, ou la répétition. On peut le constater dans cet exemple:
Botard, vexé. - En effet, je le vois.
D a i s y, à M Papillon. - Peut-être avons-nous tous la berlue? Et vous aussi...
В о t a r d. - Je n’ai jamais la berlue. Mais il y aquelque chose là dessous (75-78).

Commençons par relever des traits qu’on peut appeler génériques, c’est à dire propres, en principe, à n’importe quel texte dramatique. C’est, tout d’abord, l’emploi des termes métalinguistiques, désignant des actes de langages: justifier, défendre, dire.
On peut aussi relever le lexique appartenant aux différents registres: officiel (“monsieur le chef’93), familier (“Nous sommes dans de beaux draps” 120, "Vous cafouillez” 110).
Dans un texte dramatique une fonction importante est dévolue aux didascalies, qui, ne faisant pas partie des échanges verbaux, sont des indications de jeu prévues par l’auteur. Elles contribuent souvent à individualiser les personnages et aussi à décrire les décors. Les didascalies indiquent l’état d’esprit despersonnages. Dans le fragment ci-dessus, les moments de faiblesse des personnages sont généralement signalés par la didascalie. On peut le voir dans la présentation de Mme Bœuf, où l’on relève des expressions telles que “elle est toute essoufflée, effrayée” 12-13, “avec peine” 35, etc. Les différents aspects de l’état déprimé de Mme Boeuf sont, en outre, évoqués par des moyens syntaxiques: répétition(“C'est que... с ’est que” 32), verbe intensif (“elle s’écroule” 27).
Dans les didascalies du texte analysé, on relève plusieurs verbes au sens expressif (“s’empresse” 49, “se précipitent” 53), des expressions participales (“se basculant” 53, “plaisantant” 124, “caressant” 125, etc.). Certaines didascalies présentent des attitudes de parole (“vexé” 75, “ironique” 96, “furieux” 118, etc.)....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !