Roman opalka

942 mots 4 pages
Étude d'œuvre

Détail: 2679517 Détail: 5031197
1965/1-∞ :

Opalka: Un peintre temporelle: «Je voulais manifester le temps, son changement dans la durée, celui que montre la nature, mais d'une manière propre à l'homme, sujet conscient de sa présence définie par la mort : émotion de la vie dans la durée irréversible."

Nous pouvons observer ci-dessus, deux photos de l'artiste Opalka, chacune garde un détail différent est et inscrite comme faisant parties de l'œuvre 1965/1-∞, ces deux photos rprésentent une petite partie du travail d'Opalka sur la totalité de son oeuvre.
Le signe inscrit la vie dans le temps. Nous rendons-nous compte combien les signes, les chiffres et les nombres en particulier, comptent dans notre vie. Date de naissance, date de décès, quelques dates de parcours… Un jour de 1965, alors qu’il a 34 ans, Roman Opalka met le chiffre Un en haut à gauche d’une toile en format 196 x 135. Blanc sur noir. C’est le début de son « projet de vie ». Prendre conscience de la durée de son existence en inscrivant sa vie dans l’art… à travers les chiffres. Depuis, chaque jour est compté en ajoutant 1 au dernier chiffre peint.

En effet, les fondements du travail de Roman Opalka naquirent en 1965 lorsque celui-ci entrepris le projet plus qu'ambitieux de peindre le temps qui s'encoule. Pour se faire, celui-ci décide depuis l'origine de son concept, donc en 1965 de peindre des chiffres et numéros dans l'ordre décroissant. En 1965 celui-ci commence à réaliser son "art temporel" à commencer par le chiffre 1.

Ce travail méthodique et "protocolaire" permet à Roman Opalka de retranscrir le temps qui s'écoule. De plus comme pour témoigner du temps qui passe ce dernier prend à chaque toile terminée, une photo autoportrait,

en relation

  • Roman opalka
    1005 mots | 5 pages
  • DPedag Opalka
    1663 mots | 7 pages
  • Art plastique
    2149 mots | 9 pages
  • corpus
    1916 mots | 8 pages
  • Autoportrait
    525 mots | 3 pages
  • Analyse oeuvre
    3885 mots | 16 pages
  • Exposé Opalka
    284 mots | 2 pages
  • La colonne brisée
    1342 mots | 6 pages
  • autoportraits artistes
    1427 mots | 6 pages
  • Le blanc dans l'art
    4823 mots | 20 pages