Selon vous, le succès du texte de théâtre ou de la représentation théâtrale est-il dépendant du respect de règles telles que celles qu'énonce boileau, et des règles classiques d'une manière générale ?

1184 mots 5 pages
Depuis l’Antiquité, le théâtre a connu un franc succès qui a perduré à travers les différentes époques de l’Histoire. Selon Boileau, pour que ce succès ait lieu d’être, il faut ‘‘qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli tienne jusqu’à la fin du théâtre rempli’’. En d’autres termes, il décrète que le succès dépend du respect des règles classiques, à savoir la vraisemblance, la bienséance et les trois unités de temps : temps, lieu et action. Il sera prouvé, dans un premier temps, que ce succès dépend bien des règles, dans certains cas, mais que cela n’est pas valable partout et en toute circonstance.

En premier lieu, il est possible d’affirmer que le succès d’une pièce dépend du respect des règles classiques. En effet, à l’époque où écrit Boileau (XVIIème siècle), le Classicisme est le mouvement dominant. Il est donc essentiel de respecter les règles de ce mouvement si l’on veut connaître le succès. Si celles-ci sont si importantes, c’est parce qu’elles proviennent de l’Antiquité. Or, le Classicisme cherche à imiter l’Antiquité. Quoi de mieux que de reproduire le style de cette époque quand on possède un tel but ? A juste titre, les plus grandes pièces de l’époque comme Horace de Corneille, Bérénice ou Phèdre de Racine prennent place dans un contexte antique, outre que les auteurs respectent les règles énoncées par Boileau telles que la présence ‘‘d’un lieu’’, ‘‘d’un seul fait’’ et ‘‘d’un jour’’. Ainsi, il est possible d’affirmer que le respect des règles du mouvement de l’époque est essentiel pour que la pièce trouve le succès.

Outre cela, il est possible de noter que l’essor de la comédie n’a pu se soustraire au respect de ces règles. Jadis mises de côté à l’époque de l’Antiquité dans ce genre, leur intégration a propulsé la comédie de telle manière qu’elle a connu le succès chez les nobles, au XVIIème siècle. Molière, un des auteurs phares de l’époque responsable, a ainsi créé la ‘‘Grande Comédie’’, qui

en relation

  • La rochefoucauld
    130475 mots | 522 pages