Spinoza

445 mots 2 pages
Baruch Spinoza, également connu sous les noms de Bento de Espinosa ou Benedictus de Spinoza, né le 24 novembre 1632 à Amsterdam, mort le 21 février 1677 à La Haye, est un philosophe hollandais dont la pensée eut une influence considérable sur ses contemporains et nombre de penseurs postérieurs.
Issu d'une famille juive marrane portugaise ayant fui l'Inquisition, Spinoza fut un héritier critique du cartésianisme. Il prit ses distances vis-à-vis de toute pratique religieuse, mais non envers la réflexion théologique, grâce à ses nombreux contacts interreligieux. Après sa mort, le spinozisme, condamné en tant que doctrine athée (puisque son panthéisme va à l'encontre d'une définition d'un Dieu transcendant, hors de ce monde, comme dans le christianisme, le judaïsme[réf. nécessaire] et l'islam), eut une influence durable. Gilles Deleuze le surnommait le « Prince des philosophes »1, tandis que Nietzsche le qualifiait de « précurseur », notamment en raison de son refus de la téléologie2.

Baruch Spinoza naît dans une famille judéo-portugaise3 de la communauté juive portugaise d'Amsterdam4. Son prénom « Baruch », qu'il latinise en Benedictus, Benoît (Bento en portugais), signifie « béni » en hébreu. À cette époque, la communauté juive portugaise d'Amsterdam est essentiellement composée de Marranes, c'est-à-dire de Juifs de la péninsule Ibérique convertis au christianisme, mais ayant, pour la plupart, secrètement maintenu une certaine pratique du judaïsme. Confrontés à la méfiance des autorités, particulièrement de l'Inquisition et à un climat d'intolérance envers les convertis, un certain nombre d'entre eux ont quitté la péninsule Ibérique et sont revenus au judaïsme, lorsque cela était possible, comme aux Provinces-Unies au xviie siècle. On peut noter que le grand-père de Baruch, Abraham de Espinosa, est venu à Nantes (sa présence est attestée en 1593), mais il n'y est pas resté, sans doute parce que le judaïsme y est officiellement interdit et qu'il règne là aussi une

en relation

  • Spinoza
    3008 mots | 13 pages
  • Spinoza
    342 mots | 2 pages
  • spinoza
    388 mots | 2 pages
  • Spinoza
    654 mots | 3 pages
  • Spinoza
    503 mots | 3 pages
  • Spinoza
    762 mots | 4 pages
  • Spinoza
    540 mots | 3 pages
  • Spinoza
    1551 mots | 7 pages
  • Spinoza
    366 mots | 2 pages
  • spinoza
    1951 mots | 8 pages
  • Spinoza
    333 mots | 2 pages
  • Spinoza
    1033 mots | 5 pages
  • Spinoza
    2833 mots | 12 pages
  • Texte spinoza
    424 mots | 2 pages
  • Compte rendu "les grecs ont-ils cru à leurs mythes ?" - paul veyne
    3558 mots | 15 pages