Sujet et moralité- Philosophie

Pages: 6 (1350 mots) Publié le: 31 juillet 2014
Sujet
A retenir : Individu/sujet/personnalité/personne
Thème/thèse/argument
Morale (prescriptive, inconditionnée, universelle)
Ethique (réflexive, par édification, adaptable)
Considérer la fin du roman de R.-L. Stevenson : l’étrange cas du Dr Jekyll et de M. Hyde
Hypothèse de lecture de la fin du roman de Stenvenson : Jekyll se sait perdu parce qu’il sent que la métamorphose n’est plus enson pouvoir, mais en celui de Hyde.
Suis-je toujours identique à moi-même ? Oui, par définition : rationalité, responsabilité, identité morale comme permanence à soi.
Mais je m’éprouve toujours différent : je progresse, je ne me reconnais plus, je me découvre.
Pour agir, on se donne des lois. Comment le sujet peut-il s’épanouir alors qu’il se soumet ?
I. Réflexivité et altérité
a. Permanencede la conscience de soi
Descartes : je pense, je suis. La certitude énoncée par Descartes est celle de la réflexion.
Kant : le « je pense » doit pouvoir accompagner toutes mes représentations. »
Transition : si je restais toujours seulement le même, je ne pourrais pas évoluer.
b. Hétérogénéité à soi
Pascal : « il n’y point d’homme si différent d’un autre que de soi-même dans les diverstemps »
La connaissance de soi est impossible ; elle est illusoire.
Rimbaud : « je est un autre ». Nos expériences privilégiées procèdent d’un dérèglement de nos sens.
Transition : si j’étais toujours différent, je ne pourrais pas agir, je ne serais pas responsable.
c. Redéfinition du sujet par rapport à une altérité
Précision sur la moralité : elle se manifeste par la conscience de valeursuniverselles, plutôt que par la bonté de l’humanité en acte.
La moralité ne dit pas que nous sommes tous bons, mais que nous avons tous les moyens de penser le bien.
« Le soldat obéit aux ordres dans le respect des lois, des coutumes de la guerre et des conventions internationales. »
La conscience de soi, l’identité à soi, la constance doivent être seuls à l’œuvre dans les relations intellectuelles,les rapports professionnels.
La découverte de soi, les variations de nos sentiments peuvent être à l’œuvre dans les rapports affectifs, dans les relations électives.
A retenir : Opinion/avis/position/thèse
II. Moralité et individualisme
Moralité : faculté de définir son action en fonction du bien et du mal. Le bien, c’est ce qui convient à tous. Le mal, c’est ce qui nuit, ce qui remet en causele bien.
La période moderne valorise le sujet, puis l’individu. Les dernières valeurs morales sont individualistes : les droits de l’homme.
Peut-on déduire la valeur de la personne de la moralité ? Peut-on fonder une communauté sur des valeurs seulement individualistes ?
a. L’action morale comme source de dignité.
Noter la définition de l’impératif catégorique.
A retenir : définition/conceptRaisonnement concernant : Suis-je ce que j’ai conscience d’être ?
D’une part, j’ai conscience de moi, c’est-à-dire que je suis présent à moi-même.
Pourtant, nous nous trompons sur nous-mêmes, nous nous méconnaissons.
Nous avons donc besoin du regard des autres pour nous connaître.
Pourtant, le regard des autres sur moi ne suffit pas à me définir.
Les représentations que les autres ont demoi ne constituent mon identité qu’à la condition que je m’approprie ces représentations.
Evocation des gender studies, de la valeur de la référence à la nature.
Impératif catégorique : loi morale. Maxime universelle. Cela se traduit par un commandement nécessaire, rationnel.
Accomplissement de l’action morale au nom de la morale.
Bonne volonté : « agis de telle sorte que la maxime de ton actionpuisse être considérée comme une loi universelle ». Universelle. Egalité des personnes. Considérer chaque personne comme une fin. Cela suppose l’autonomie.
Mais si le bien est universel, il peut être non manifeste, et donc menacé. Car l’appréhension du bien suppose la conscience du mal. Exercice : prendre position face à cette contradiction.
a.  L’être moral comme source de dignité
Rappel :...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La moralité (philosophie)
  • Le sujet philosophie
  • Sujet de philosophie
  • Sujet de philosophie
  • Philosophie "le sujet"
  • Le sujet en philosophie
  • sujet de philosophie
  • Le sujet ( philosophie )

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !