uitt

1259 mots 6 pages
17/12/2013

Relation entre la norme ISO et UIT-T
Professeur : Mr Kobenan Signo Joseph

TABLE DES MATIERES
Introduction………………………………………………2
I. Définition de la norme ISO et la norme UIT-T………………………………………………….3
1. OSO/CEI………………………………………………………3
2. UIT-T (Internationale des Télécommunications)………………………………….3
II. Relation entre ISO et UIT-T…………………3
1. Mode de liaison…………………………………..........4
2. Mode collaboration…………………………………….4
Conclusion………………………………………………..6

Introduction
La normalisation est un acte primordial dans le domaine de la communication. En effet, il faut que tout utilisateur connecté au réseau soit apte à recevoir et à transmettre des informations destinées à l’ensemble des participants ou tout au moins au groupe d’utilisateurs qui veulent communiquer. Il faut se mettre d’accord sur l’ensemble des éléments nécessaires à la communication pour que des échanges puissent s’effectuer. Si l’un des utilisateurs parle en anglais et que le récepteur ne comprenne que le français, aucun dialogue ne sera possible. Les règles à respecter des deux côtés de la communication s’appellent des protocoles. L’ensemble des participants à un échange d’informations doit respecter des protocoles communs. La plupart des constructeurs informatiques se sont forgé leurs propres règles pour que leurs différents matériels communiquent. C’est ce que l’on appelle des architectures de communication constructeurs ou propriétaires.
La normalisation peut s’effectuer de deux façons : soit les constructeurs se mettent tous ensemble d’accord sur des règles communes, soit un constructeur impose aux autres un protocole plus performant ou capable de satisfaire la demande des utilisateurs.
Deux organismes de normalisation s’occupent du domaine des réseaux informatiques et Télécommunications à savoir l’ISO (International Organization for Standardization) et l’UIT-T (Union Internationale des Télécommunications – Secteur de la Standardisation des Télécommunications).
Dans la suite

en relation

  • Wells_La_guerre_des_mondes
    65786 mots | 264 pages
  • Conte cruelle
    70698 mots | 283 pages