Un peu d'histoire

Pages: 7 (1558 mots) Publié le: 9 janvier 2012
Un peu d’histoire : La naissance des brigades mobiles
La Police Judiciaire est née à la Belle Époque, sous la IIIème République, de la volonté de Georges Clemenceau, président du Conseil et ministre de l’Intérieur d’alors, de doter la France d’une « police chargée de seconder l’autorité judiciaire dans la répression des crimes et des délits ».
L’hexagone est, dans cette période, en proie à unegrandissante insécurité dont tous les journaux se font largement l’écho, non sans quelques arrière-pensées politiques. Les « Apaches » parisiens, les « travailleurs de la nuit » dans les campagnes, sèment en effet le trouble à grande échelle et montrent l’incapacité de l’État à leur opposer des forces de sécurité en nombre et compétence suffisants. Les polices municipales morcelées et peu ou pasformées à la lutte contre les criminels d’envergure, les brigades de gendarmerie pauvres en hommes et en moyens se montrent totalement dépassées par l’émergence de bandes organisées de malfaiteurs opérant à main armée sur plusieurs départements.
Devant cette situation, le « Tigre », sur les conseils de Célestin Hennion, son directeur de la Sûreté Générale, fonde en 1907, par deux textesréglementaires, les structures qui donneront naissance à la Police Judiciaire d’aujourd’hui. Il s’agit d’abord de l’arrêté ministériel du 6 mars 1907 qui crée un Contrôle Général des Services de Recherches Judiciaires placé sous le commandement du commissaire Jules Sébille qui peut être considéré comme le premier « patron » de la Police Judiciaire française. Il s’agit ensuite du décret du 30 décembre 1907qui instaure douze brigades régionales de police mobile, les fameuses « brigades du Tigre » chargées de combattre le crime organisé sur tout l’hexagone.

2/ Historique de la police technique et scientifique
Jusque vers le milieu du 19ème siècle, le seul moyen de repérer les criminels était de les marquer au fer rouge, surtout dans la perspective d’une possible récidive. Ceci permettait, en effet,de les reconnaître, quelle que soit l’identité qu’ils pouvaient prendre. C’était donc la seule méthode dont on disposait pour identifier les personnes vers les années 1830-1840. A cette époque, sont apparus de plus en plus de récidivistes qui changeaient d’identité si bien qu’il y avait un taux d’élucidation qui n’était pas très bon.
Vers 1875, il se trouve que la préfecture de police de Parisembauche en son sein, comme employé aux écritures, Alphonse Bertillon qui, en situation d’échec après 2 années de médecine, avait décidé de se réorienter.
L’histoire d’Alphonse Bertillon est tout à fait intéressante car elle s’intègre à ce courant de Police Scientifique de l’époque. Il était le fils de l’un des fondateurs de l’école Anthropométrique parisienne avec des grands noms de l’époquedont notamment Broca. Alphonse Bertillon, quand il était petit, était déjà passionné par les mesures chez son père où il y avait tout ce qu’il fallait pour mesurer les différents os du squelette (crâne, tibia, etc.…).
A la préfecture de Police de Paris, Alphonse Bertillon fut chargé notamment de copier le nom des personnes arrêtées par la police à la suite de différents crimes et délits. Bertillonen a eu très vite assez de voir toujours les mêmes personnes se présenter sous des noms différents à quelques semaines d’intervalle. Très rapidement, sa passion des mesures ne l’ayant jamais quitté, il a eu l’idée de faire une description objective des personnes arrêtées en prenant des mesures anthropométriques de celles-ci, telles que : longueur de l’oreille, longueur de l’avant-bras ou du tibia,etc.… Avec une cinquantaine de mesures, il prétendait identifier la personne qu’il avait en face de lui.
En 1882, il crée la fiche anthropométrique d’identification des personnes. Il obtient, à l’époque, du préfet, l’autorisation de tester son système qu’il met à profit pour identifier les récidivistes. Dans le mois qui suit, il identifie 300 de ces récidivistes et il crée en 1891, à Paris, le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Un peu d'histoire local de poissy
  • Romantisme: un peu d'histoire
  • Un peu d'histoire de france
  • Un peu de topologie
  • Peu importe
  • Un peu de kant
  • Peu importe
  • Un peu de physique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !