Vivre avec 400 mots

Pages: 9 (2198 mots) Publié le: 14 décembre 2010
|PORTRAIT |[pic]|
|Vivre avec 400 mots | |
|LE MONDE | 18.03.05 | 14h52| |
|Le langage des jeunes des cités peut faire rire. Il renforce aussi leur exclusion | |
|La phrase a jailli mécaniquement. C'était il y a deux mois, à Grenoble. Sihem, 14 ans, venait d'intégrer l'Espace adolescents, une structure | |
|d'accueil visant àrescolariser des jeunes de 14 à 21 ans en rupture de scolarité ou aux portes de la délinquance. Ce jour-là, la jeune fille | |
|butait sur un exercice. "Je suis trop une Celte !", s'est-elle alors exclamée. Interloqué, Antoine Gentil, son professeur, lui a demandé ce | |
|qu'elle voulait dire par "Celte" ? Et Sihem d'expliquer que, dans sa cité, le quartier de la Villeneuve, àGrenoble, ce mot était couramment | |
|utilisé pour désigner un (e) imbécile. Pourquoi et comment, à supposer qu'il soit orthographié de la même façon, a-t-il été détourné de son sens | |
|? Sihem l'ignore. L'adolescente sait seulement qu'elle ne prononce plus beaucoup cette expression, en tout cas plus en classe. Elle veut "réussir| |
|dans la vie et avoir un métier" et espèrereprendre bientôt une scolarité normale, commencer une formation, faire des stages. "Pour cela, il faut| |
|que j'apprenne à bien parler", reconnaît-elle. | |
|L'Espace adolescents de Grenoble, placé sous la tutelle du Comité dauphinois d'action socio-éducative (Codase), met justement l'accent surle | |
|réapprentissage du langage. La plupart des adolescents qui arrivent ici présentent des difficultés avec la langue française, à laquelle ils ont | |
|substitué une langue "des cités" souvent comprise d'eux seuls."Nous essayons de les en détacher, le plus souvent par l'entremise de jeux, | |
|explique Marie-France Caillat, éducatrice au sein de la structure. Achaque fois, par exemple, qu'un jeune emploie l'expression "sur la vie de ma| |
|mère", nous prononçons immédiatement devant lui le prénom de sa mère, ce qui a pour effet de le déstabiliser. Quand un autre lance "sur le Coran"| |
|à la manière d'un juron, nous lui faisons reprendre sa phrase en remplaçant "Coran" par "canard". On arrive, comme ça, à faire changer leurs | ||habitudes linguistiques. Mais ce n'est pas simple. Ces jeunes donnent l'impression d'être de véritables friches. On dirait que rien n'a été | |
|cultivé chez eux, qu'ils se sont constitués tout seuls." | |
|Les enseignants et les éducateurs qui cohabitent dans cet établissement ne s'appliqueraient pas àsevrer ces jeunes de leur langage si celui-ci | |
|n'était pas devenu trop "encombrant" en dehors de leurs quartiers. Qu'on l'appelle "argot des cités", "parler banlieue" ou "langage des jeunes", | |
|ce jargon a été beaucoup étudié "culturellement". Des chercheurs ont décrypté sa structure, décortiqué son vocabulaire, répertorié ses emprunts | |
|aux langues des communautésimmigrées. Des artistes en ont fait un sujet en tant que tel, comme le réalisateur Abdellatif Kechiche avec | |
|L'Esquive, grand vainqueur de la dernière cérémonie des Césars. Bernard Pivot a glissé des "meufs" dans une de ses dictées. Les dictionnaires ont| |
|même ouvert leurs pages à certains de ses mots, comme teuf, keum, keuf ou beur (et beurette), également tirés du verlan....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • 400 Coups
  • Les mots
  • Les mots
  • Les mots
  • Les mots
  • les mots
  • 400 Coups
  • Les 400 coups

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !