L'administation provinciale sous louis xiv

2203 mots 9 pages
L’administration provinciale sous Louis XIV

Pour que les décisions prises au conseil du roi puissent être appliquées, le pouvoir central doit nécessairement s’appuyer sur des représentants en province. L’administration royale s’appuie sur des officiers et s’efforce de les contrôler par le biais de commissaires. Mais l’armature administrative reste complexe avec un enchevêtrements de ressorts, de compétences.
L’Ancien Régime a conservé les cadres hérités du Moyen Age, les a étendu autant que possible dans les territoires conquis mais a surajouté de nouvelles structures aux anciennes, sans efforts de rationalisation. Vauban dans une formule célèbre à bien montré cette complexité. « L'élection de Vézelay est de la province de Nivernais, de l'évêché d'Autun, de la généralité et ressort de Paris, et la ville de Vézelay du gouvernement de Champagne. Elle est bornée au nord par l'élection de Tonnerre, à l'est par le duché de Bourgogne, à l'ouest par les élections de
Nevers et de Clamecy, et au sud par celle de Châtel-Chinon. Elle a quelque neuf, dix à onze lieues de longueur, sur quatre à cinq de largeur, et en tout quarante lieues carrées, de vingt cinq au degré, en ce compris les parties séparées de son continent. Son composé est d'autant plus bizarre que, toute petite qu'elle est, elle contient plusieurs enclavements des élections voisines, dans lesquelles elle en a aussi de fort écartés, sans qu'on en puisse rendre raison, si ce n'est que, quand on l'a formée, il se peut que les seigneurs de ces lieux hors oeuvre ont eu des raisons pour désirer que leurs terres fussent de cette élection, à cause du ressort de Paris ; mais on est à même temps tombé dans l'inconvénient de rendre les exploitations qui se font pour cause de la levée des tailles beaucoup plus à charge, à cause des paroisses éloignées du siège de l'élection (défaut qui a besoin d'être corrigé, aussi bien que tous ceux qui lui ressembleront ailleurs).Partie de ses paroisses sont

en relation