L'art transforme-t'il notre conscience du réel ?

Pages: 10 (2373 mots) Publié le: 15 janvier 2013
Problématique :
Se demander si l'art modifie notre conscience du réel est en apparence plus modeste, puisqu'il s'agirait de repérer, non une fonction, mais un effet : l'art, par sa seule présence, suffirait à transformer la conscience. N'est-ce pas ce que révèlent la méfiance qu'il suscite dans la philosophie, ou le contrôle que les régimes totalitaires veulent lui imposer ? Si l'on admet quetoute image est dotée d'un pouvoir, l'art, même s'il n'est pas qu'images, paraît en mesure de modifier notre conscience du réel.


1. La conscience habituelle du monde ambiant

Selon Husserl, l'intentionnalité est ce qui définit le rapport de la conscience au monde. Entendons par là que la conscience vise toujours quelque chose comme étant ceci ou cela, cette visée préalable étant ensuiteconfirmée ou infirmée par un donné intuitif, c'est-à-dire une perception. Pour qu'il y ait conscience de quelque chose, il ne suffit pas qu'un objet et qu'un sujet soient simplement présents ensemble : il faut préalablement que la conscience puisse se rapporter à l'objet sur le mode de la visée, c'est-à-dire qu'il faut que l'objet fasse sens pour la conscience qui le vise. Victor, l'enfant sauvage del'Aveyron, n'entendait pas un coup de feu tiré dans son dos, parce que ce son n'avait pour lui aucune signification : toute conscience est conscience d'un sens d'abord constitué, que l'intuition vient ensuite remplir. En d'autres termes, avoir conscience qu'il y a un arbre là dehors, c'est viser ce qu'il y a dehors comme étant un arbre, la perception venant ensuite confirmer ou non l'intention («c'est bien un arbre » ou « non, ce n'est pas un arbre »).
C'est pour cette raison que Heidegger, dans son analyse du monde ambiant, celui de la réalité quotidienne, affirme que nous nous rapportons à chaque chose sur le mode de l'utilité : avoir conscience qu'il y a un marteau posé sur l'établi, c'est pouvoir viser le marteau en tant qu'il a une signification déterminée, et la signification dumarteau, c'est son usage, c'est-à-dire servir à enfoncer des clous. Ainsi, à même notre attitude naturelle, nous n'avons pas une conscience « neutre » de la réalité qui nous entoure ; il faut bien plutôt affirmer que nous rapportons chaque chose à l'usage que nous en faisons dans notre « commerce » quotidien. Avoir conscience du stylo, c'est le viser comme ce qui sert à écrire ; avoir conscience dela forêt, c'est la viser comme lieu qui sert à se promener le dimanche, ou qui fournit du bois au menuisier, etc. Or le propre d'un objet doté de signification, c'est de toujours renvoyer à autre chose qu'à lui-même : il n'y aurait pas de marteau s'il n'y avait pas de clou, pas de clou s'il n'y avait de planches à assembler, pas de constructions à faire s'il ne fallait se protéger du soleil, dela pluie ou du vent. De proche en proche, les significations renvoient à toutes les autres, et ce réseau de signification constitue ce que Heidegger nomme la « mondité du monde », bref, la trame de la réalité elle-même.
2. Une perception articulée à un besoin

La réalité tout entière s'organise donc autour d'un foyer que nous sommes à chaque fois nous-mêmes, si tant est qu'avoir conscience c'estdonner un sens, et que donner un sens à un objet, c'est lui conférer une certaine utilité ou un certain usage pour nous. La conscience s'oriente dans la réalité selon la polarité de l'utile ou du nuisible, en sorte que, comme le remarquait Bergson, la perception est elle-même d'avance tournée vers le faire et vers l'action. Ce marteau qu'à présent je cherche, je suis certain de l'avoir vu quelquepart, mais je ne sais plus où. Cet oubli n'est ni fortuit, ni accidentel : je n'ai conscience de la présence effective du marteau sur l'établi que lorsque cette présence fait pour moi sens, c'est-à-dire lorsque j'en ai besoin pour marteler quelque chose. Quand le marteau ne m'est d'aucune utilité, j'en perçois peut-être la présence, mais sans la remarquer expressément, et quand j'en ai besoin,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'art transforme
  • L'art transforme-t-il notre conscience du réel ?
  • L'art transforme-t-il notre conscience du réel?
  • L’art transforme-t-il notre conscience de la réalité ?
  • L'art et le réel
  • L'art et le réel
  • L'art et le réel
  • le theatre exprime t'il le réel ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !