L'etat est il préférable à l'absence d'etat?

Pages: 8 (1839 mots) Publié le: 17 décembre 2012
| |
| |
||
| |
||
| |
||
| |
||
| |



«  Si l’Etat est fort il nous écrase, s’il est faible nous périssons » cette citation de Paul Valéry nous pousse vers cettequestion : L’Etat est-il préférable à l’absence d’Etat ? L’Etat désigne une communauté juridique, c'est-à-dire un ensemble d’individus soumis à une même législation, à une même autorité politique. Certains considèrent que l’Etat est néfaste aux individus, d’autres estiment que l’absence d’Etat serait source de chaos. Nous pouvons donc en venir à cette question : Mieux vaut il vivre dans unesociété sans communauté juridique ? Dans un premier temps nous allons voir quels sont les avantages à l’absence d’Etat, dans un second temps nous verrons en quoi ces avantages sont critiqués. Enfin, nous que verrons l’Etat est indispensable au bon fonctionnement du monde.


L’Etat peut être considéré comme néfaste dans certaines circonstances. Tout d’abord, lorsque le régime politique est ladictature, la tyrannie, le despotisme ou le totalitarisme. Il s’agit de systèmes arbitraires et cruels dans lesquels l’individu occupe une place secondaire comparé au souverain.
Par exemple, le totalitarisme est une doctrine qui accord à l’Etat un pouvoir absolu voire excessif : l’individu n’a pas de valeur en lui-même , il est réduit à l’obéissance. Le souverain peut être Dieu lui-même(théocratie), comme l’empereur divinisé de la Rome antique. Ou bien le souverain est le représentant de Dieu sur terre, c’est la cas des empereurs et des rois chrétiens dans l’ancienne Europe. Dans ces totalitarismes, le peuple est totalement mis de coté, Dans certains cas, l’absolutisme peut être poussé à son extrême, l’Etat est alors comme un organisme dans lequel les individus ne seraient queles organes. Par exemple, le dictateur Benito Mussolini qui prit le pouvoir en Italie après la Première Guerre Mondiale, condamnait à la fois le « mythe » de la liberté individuelle et celui des « valeurs universelles » comme la justice ou encore la vérité. « Tout dans l’Etat, rien contre l’Etat, rien en dehors de l’Etat » se plaisait-il à répéter. Pour lui, les individus doivent s’effacer...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'etat est-il plus à craindre que l'absence d'etat ?
  • Des approches totalitaristes et anarchistes de l'etat, l'une est-elle, selon vous préférable à l'autre ?
  • Le stérilet préférable à la pillule
  • La vérité est elle préférable à l’illusion
  • L'amitié est-elle préférable à l'amour ?
  • D'etat a métha
  • De l’état de nature et du passage à l’état
  • Les risques liés à l'absence de communication

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !