L'immitation/le spectacle tragique aristote

514 mots 3 pages
Nom : Prénom : Classe : Date :

Notion : l’art Auteur : Aristote Titre : l’imitation / le spectacle tragique Question à laquelle le texte répond : Pour l’homme, que représente l’imitation ; la tragédie ?

Thème : imitation - art

Thèse : L’imitation, c’est de l’art ; la tragédie c‘est la purification de sois même a travers l‘expression.



Définitions des 5 ou 6 concepts principaux :

Imitation : il peut s’agir d’une production créatrice ou de la représentation que l’on se fait d’un objet.

Imiter : reproduire exactement, copier. Reproduire l’allure, le comportement de quelqu’un, d’un animal, le mouvement de quelque chose.

Apprendre : acquérir la connaissance ou la pratique de quelque chose.

Image : représentation d’un être ou d’une chose par les arts graphiques ou plastiques.

Contempler : regarder longuement, attentivement et avec admiration.

Tragédie : genre théâtrale, suscite la terreur ou la pitié par le spectacle des passions et des catastrophes que ces passions provoquent…

Intention : ici, Aristote veut nous montrer que l’art et l’imitation sont indissociables et que l’imitation donc l’art sont la source de l’apprentissage. De la même façon l’art peut aussi nous libérer car il permet l’expression des sentiments

Discussion (mettre le texte en question) :
- question : Si comme le dit Aristote l’art nous libère, qu’il est le propre de l’homme, comment se fait-il que certaine personnes s’en désintéressent totalement ou encore ne disposent d’aucun talent artistique quel qu’il soit ?

- grandes lignes de son développement :

I- l’art n’est que l’enfant de l’imitation. Un foi l’apprentissage terminé, il devient un moyen d’expression mais uniquement pour les personnes souffrant d’un mal être profond.

II- l’art est un substitut crée par l’homme. Un réconfort qui vient combler le vide présent chez certaine personnes… ( les plus grand artistes ont toujours un passé et un vécu douloureux et l’art est le moyen

en relation

  • La poetique d'aristote
    1607 mots | 7 pages