l'objectif et les limites de l'intervention de l'etat

Pages: 6 (1297 mots) Publié le: 11 janvier 2014
Quelle est l'intérêt, l'objectif et les limites de l'intervention sociale de l'Etat ?

L’intervention sociale a pour but de garantir à chacun une vie digne et d’éviter le cumul des inégalités. Pour cela l’état et les organisations publiques mettent en œuvre des mesures (SMIC, assurance chômage, scolarisation,…) qui engrangent des couts. Ils sont financés par des recettes venant destaxes (TVA) et des impôts (ISF, impôt locaux, impôts sur les revenus) La faible croissance, les crises successives, et l’évolution de nos sociétés et du monde nous amène a réfléchir sur la gestion de la fiscalité et l’intervention de l’état.
Comment définir une gestion fiscale juste? Ou commence et s’arrête l’intervention sociale? Quelles sont les différentes méthodes et solutions? Qu’ellessont les failles et avantages du système danois et français? Dans cette synthèse nous essaierons de voir qu’elles sont l’intérêt, l’objectif et les limites de l’intervention sociale de l’état.
Cette question est d’autant plus difficile, que nous sommes dans une période de crise et que tout changement au niveau des impôts et taxes est difficile à réaliser et nécessite un certain courage. Nousverrons tout d’abord la mise en place d’un état providence à travers le Danemark et ensuite le système français ou l’intervention sociale est aussi présente mais ou l’impôt est mal vécu.
Tout d’abord l’intervention sociale dépend de l’intention de l’état de mettre en place une politique sociale. Au Danemark, l’intervention de l’état est avant tout basée sur l’éducation, les étudiants etl’accompagnement des chômeurs. En effet, Les danois attachent une grande importance à l’éducation et à l’importance de l’épanouissement des enfants, jusqu’à la vie active. Le système danois a la particularité d’être basé sur la notion de bonheur (par exemple les élèves ne sont pas notés) et d’investir énormément sur l’école (une puéricultrice pour quatre enfants, environ 8000 euros dépensés par enfantcontre 6000 en France).
Mais tout cela a un prix ; le Danemark est le pays ou la pression fiscale est la plus forte au monde avec 48% d’imposition pour les particuliers, qui s’effectue en prélèvement à la source ce qui permet aux citoyens de ne peut redonner à l’état ce qui évite lesentiment de frustration. Au Danemark l’état est omniprésent, TVA à 25%, impôts et taxes allant jusqu’à 180% du prix pour les voitures et l’essence. Mais ce qui différencie l’état providence avec les autres pays d’Europe c’est la confiance en l’état et la satisfaction de réaliser un devoir de citoyen : payer ses impôts (8 sur 10 danois sont contents de payer des impôts).
Cependant, malgré unsystème éducatif juste et efficace, les limites du système danois se font sentir : le Danemark n’échappe pas à la crise et la croissance faiblie, ce qui pousse ce pays à évoluer en imposant moins les particuliers car cela pèse sur le pouvoir d’achat et à faire des coupes dans le budget de l’état. Le chômage augmente et le pays souffre d’un manque de compétitivité. De plus l’instauration de laflexi-sécurité aide certes les chômeurs à retrouver du travail mais donne le droit aux entreprises de licencier plus facilement ce qui rend l’emploi plus précaire et le pays plus vulnérable dans les périodes de faible activité (augmentation du chômage). Les services publics n’assurent pas les transports, la poste,… la vie est chère et les taxes très importantes, ce qui peut freiner la consommation.L’histoire française est intimement liée avec la pression fiscale : les principales causes de la révolution sont dues a des impôts et taxes injustes et aux avantages de la bourgeoisie et de la noblesse et a une intervention social inexistante qui creusa les inégalités, encore aujourd’hui la création de l’écotaxe plonge la Bretagne dans un mouvement de révolte. Au pays des droits de l’homme...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • « L’intervention de L’Etat dans l’économie française : utilité et limites. »
  • l'intervention de l'Etat
  • L'intervention de l'etat
  • L'intervention de l'Etat
  • L'intervention de l'etat
  • L'intervention de l'etat
  • L’intervention de l'état
  • L'intervention de l'etat

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !