l'acquisition

3215 mots 13 pages
VARIATION LINGUISTIQUE, DIGLOSSIE, BILINGUISME,
ET
DIALECTE
I. INTRODUCTION
En principe, la sociolinguistique est l’étude des caractéristiques des variétés, des caractéristiques de leurs fonctions et des caractéristiques de leurs locuteurs, en considérant que ces trois facteurs agissent sans cesse l’un sur l’autre, changent et se modifient mutuellement au sein d’une communauté linguistique. Elle tâche également de découvrir quelles lois ou normes sociales déterminent le

comportement

linguistique

dans

les

communautés

linguistiques et s’efforce de les délimiter et de définir ce comportement vis-àvis de la langue même.
Ensuite, nous essayons ci-dessous de faire un synthèse sur la variation linguistique, la diglossie, le bilinguisme et le dialecte comme les parties étudiées dans la sociolinguistique en se basant sur de diverses sources.
II. VARIATION LINGUISTIQUE
A. Présentation
La variation ou la variété linguistique est la notion majeure de la sociolinguistique, introduite principalement par William Labov, Marvin
Herzog et Uriel Wienrich dans leur article sur “Fondements empiriques d’une théorie du changement linguistique” paru en 1966, pour désigner les écarts, observables dans une langue donnée, entre différentes manières de s’exprimer. On peut donner notion une acception dynamique, en y englobant les différentes évolutions diachroniques (historiques) qui affectent les langues.
Ensuite, toute communauté linguistique use de plusieurs variétés linguistiques. Des études récentes (selon le laboratoire Langage et Société
Univesité Ibn Tofail Kénitra) montent qu’il n’existe pas de société qui ne disposerait pas d’une seule variété linguistique ; tout comme il n’existe point d’individu qui ne maîtrise qu’une seule variété de langue.

Le phénomène de la diversité des usages au sein d’une même langue, dans le processus social de la communication est évident et il se manifeste sur plusieurs plans :
-

géolinguistique (ou

en relation

  • L'acquisition des immobilisation
    855 mots | 4 pages
  • L’acquisition d’immobilisations
    790 mots | 4 pages
  • Hegel, l'acquisition de la conscience de soi
    4402 mots | 18 pages
  • L'acquisition de la citoyenneté romaine
    2326 mots | 10 pages
  • L'acquisition de la citoyenneté athénienne
    580 mots | 3 pages
  • L’acquisition de la propriété par la possession
    1398 mots | 6 pages
  • L'acquisition de la personnalité juridique
    833 mots | 4 pages
  • L'acquisition de la personnalité juridique
    896 mots | 4 pages
  • L'acquisition de la langue par la grammaire
    779 mots | 4 pages
  • L'acquisition du langage chez le nouveau né
    2360 mots | 10 pages