L'obéissance aux lois implique-t-elle nécessairement que l'on perde notre liberté ?

1062 mots 5 pages
L'homme se sent libre seulement quand aucune personne ne lui donne des ordres. S'il devait obéir à qui que ce soit, il aurait le sentiment de ne plus agir comme il le veut, donc par conséquent il ne serait plus libre. Cependant, celui qui réclame son indépendance à l'égard de toute loi, de toute contrainte, ne se condamne-t-il pas à vivre seul en dehors de tout groupe social ?L'autorité elle, peut désigner une forme de puissance liée à un savoir donc par conséquent respecter une autorité c'est reconnaître les lois de la nature, c'est donc plutôt une manière de gagner sa liberté en se libérant de son ignorance. Donc sans loi et sans règles, l'homme serait-il vraiment libre ? L'obéissance aux lois implique-t-elle nécessairement que l'on perde notre liberté ?
Nous tenterons, tout d'abord, d’étudier ce que signifie vraiment " liberté ". Puis nous tâcherons de montrer si l'obéissance aux lois implique ou non un renoncement à sa liberté.

Dans le langage courant, la liberté renvoie au pouvoir que possède tout homme de n’obéir qu’à lui-même, qu’à sa propre volonté, et d’agir uniquement en fonction de ses désirs, indépendamment de toute contrainte ou de toute pression extérieure. En résumé , un homme libre est un homme sans obligation. C'est son propre chef. Tout homme se sent donc libre, tout simplement parce qu’il se croit capable de faire des choix et de prendre des décisions, de petite ou de grande ampleur. Autrement dit, tout homme, lorsqu’il porte un regard réflexif sur lui-même, se juge libre, c’est-à-dire en mesure d’agir simplement en fonction de sa volonté. En clair « Être libre c'est faire tout ce qui nous plaît » : c'est-à-dire qu'il est possible de tout faire sans limite ni contrainte. Or, n'être déterminé par rien, c'est n'avoir même pas un motif de préférer telle ou telle chose. Mais cette liberté d'indifférence ne permet pas l'action. L'absence de contrainte ne peut être qu'une condition négative d'une véritable liberté. Mais une liberté comme absence

en relation

  • A quoi sert une constitution
    1845 mots | 8 pages
  • Certitude
    5294 mots | 22 pages
  • Nietszche
    6873 mots | 28 pages
  • Kant-fondements de la metaphysique
    8527 mots | 35 pages
  • Peut-on avoir des exigences à l'égard d'autrui
    42768 mots | 172 pages
  • spinoza
    125115 mots | 501 pages
  • Le traité theologico potique de spinoz
    125129 mots | 501 pages
  • Kant métaphysique des meurs
    34116 mots | 137 pages
  • Thèmes
    83101 mots | 333 pages
  • Thèse de Kant idéal et normativité
    194980 mots | 780 pages