l'oralité

Pages: 28 (6979 mots) Publié le: 23 avril 2014
M. KHATI, Abdellaziz
Docteur en langues et littératures françaises

L’oralité dans les romans algériens de la période coloniale : le cheval
de Troie

Nous sommes, avec la génération de Feraoun, à un moment historique de la littérature
algérienne : il s’agit de l’affirmation du roman de langue française comme une nouvelle
tradition littéraire. Or, le succès de cette nouvelle création nes’est pas fait sans avoir
confronté les premiers romanciers algériens à de grandes difficultés relatives à l’exercice de
l’écriture (la langue et le genre romanesque) et au souci du référent culturel : l’Algérie était
française (les maisons d’éditions l’étaient également) et les romanciers algériens étaient loin
de tenir, dans leurs textes, un discours glorifiant le colonialisme. Quelles sont,alors, les
procédés littéraires auxquels ils ont fait recours pour pouvoir contourner le problème de
l’édition et dire dans leurs romans la souffrance de leur peuple et affirmer leurs appartenances
culturelles et politiques ?

Il fallait aux romanciers faire des choix littéraires à même de leur permettre
d’atteindre leurs desseins à la fois littéraires et politiques. C’est ainsi que l’on serend compte
que l’une des trouvailles à laquelle vont recourir les romanciers est l’insertion d’une part
considérable de l’oralité dans leurs textes. Nous proposons donc cette réflexion sur quelques
romans de la période coloniale et que sont : La terre et le sang de M. Feraoun, La colline
oubliée de M. Mammeri et La malédiction de M. Haddadi pour voir comment cette oralité a
constitué unvéritable cheval de Troie pour des auteurs qui voulaient faire entendre la voix de
leur peuple opprimé.

Lisons attentivement cet extrait :
« Notre malédiction à nous (…) c’est encore cette langue française et tout ce qu’elle apporte ; nous
avons introduit dans notre sang comme un médicament chimique. Il se peut qu’elle élimine certains
microbes, mais en même temps elle décompose notre sang ! » (M85)

1

Cet extrait de La malédiction, premier roman de Mohammed Haddadi1, où un
collégien fait ce constat de l’appropriation de la langue française par des autochtones, résume
globalement la problématique d’écrire en français pour les romanciers algériens de la période
coloniale. Car, au-delà des difficultés d’ordre formel (le genre), se posent les problèmes du
lectorat et de l’éditionauxquels se confrontent les écrivains2.

Écrire dans la langue de l’ « autre » en temps de colonisation est en soi une entreprise
problématique. Cela a été perçu, par certains critiques, comme synonyme d’acculturation3
d’assimilation et d’aliénation4. Pour d’autres, ce « médicament chimique » était une coupure
nécessaire avec les langues naturelles (l’arabe et le berbère) mais aucunementaliénante5.
L’analyse de cette polémique ne peut se faire qu’en procédant à une étude comparative entre
les romans de langue française des années 1950 et la production littéraire traditionnelle orale
de la même époque. Il s’agit de voir si l’écrivain, a su faire dire à la langue française tout ce
qu’il voulait décrire et représenter la situation sociohistorique et politique, les aspirations et
lesvoix de son peuple, et ce, aussi fidèlement que l’auraient fait les poètes et chanteurs
d’expression vernaculaire de son temps6. Mais à défaut d’une telle entreprise, il est difficile de
porter un jugement sur l’authenticité des écrivains algériens de langue française ayant eu pour
projet littéraire de parler des leurs7.

Cependant, dès lors que l’écrivain affiche l’ambition de parler dessiens (comme c’est
le cas des romanciers de la période coloniale) qu’il s’applique à les représenter dans leur vie
quotidienne et à révéler leur culture (essentiellement à un lecteur étranger), se posent pour
lui les problèmes du genre romanesque à emprunter et de la langue d’écriture.
1

HADDADI, Mohamed, La malédiction, Ed l’Harmattan, Paris, 1988 (le roman est écrit dans les années...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les arts de l'oralité
  • Troubles de l'oralité
  • Les caractères spécifiques de l’oralité
  • Dissertation sur l'oralité en francais
  • La parole de l'oralité et la puissance du verbe
  • L'oralité devant les juridictions civiles
  • Plan de dissertation sur l'oralité du spectacle
  • la poetique de l'oralité et renouvellement de l'écriture romanesque africaine

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !