Dictionnaire philosophique

par

La forme du dictionnaire

A. Un pamphlet

 

L’objectif de Voltaire est demettre « la raison en alphabet ». La lecture du dictionnaire met enévidence que c’est surtout une œuvre de combat : le dictionnaire n’a pas vocationà recenser les connaissances comme l’Encyclopédie, Voltaire ne s’y affirme pascomme un philosophe spéculatif mais comme un moraliste pratique capable de moquerie,et il y poursuit un combat qu’il a commencé depuis longtemps. Il procède à unecritique sociale, à une critique de la religion, et propose une analysecritique de l’histoire de la religion chrétienne. Voltaire dénonce, attaque etcrée la polémique. Pour ce faire, il use d’humour mais se montre aussi virulent.

Il emploie abondamment laforme du dialogue, qui lui permet de mettre en mouvement sa réflexion, et delui donner une dimension universelle en sollicitant des interlocuteurs dedifférentes nationalités et d’horizons divers : Anglais, Chinois, Turcs,Scythe, fakir… On retrouve cependant un schéma commun : le bon sensne va pas de pair avec la pédanterie, il est plutôt l’apanage del’interlocuteur considéré d’abord comme ignorant.

Dès sa publication, ledictionnaire va créer le scandale. Il sera censuré et condamné à être brûlé carjugé « téméraire, scandaleux, impie, destructif de la Révélation ».L’épisode le plus marquant est celui de la condamnation du chevalier de la Barreà mort. Son exemplaire du dictionnaire sera cloué sur son corps et brûlé aveclui, car on juge que c’est l’ouvrage qui lui a inspiré de mauvaises pensées.

Voltaire heureusement s’estprotégé en procédant à une publication anonyme. Il met là en pratique sa maxime : «frappez et cachez-vous les mains ».

 

B. La structure du discours

 

Elle répond à la thématiquedu titre. Les articles sont référencés par ordre alphabétique comme dans toutdictionnaire. Les thèmes abordés sont des thèmes philosophiques. Ils ne sontpas interdépendants et peuvent être lus sans respecter aucun ordre de lecture. Cettecaractéristique rend celle-ci plus facile et agréable.

Les articles sont courts et répondentà l’objectif même du dictionnaire qui se veut d’être portatif. Pour Voltaire, laclarté va avec la concision, il faut se méfier des longues dissertations. Parailleurs, la concision permet l’accès de l’ouvrage à un plus grand nombre depersonnes. Le second avantage est de réduire le coût du livre et donc l’élargirpar là aussi son public possible.

« Je voudrais bien savoir quel mal peut faire un livre quicoûte cent écus. Jamais vingt volumes in-folio ne feront de révolution ;ce sont les petits livres portatifs à trente sous qui sont à craindre. Sil’évangile avait coûté douze cent sesterces, jamais la religion chrétienne nese serait établie. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La forme du dictionnaire >