Eléments de philosophie

par

Le langage de signes: origine de la connaissance

L’Homme acquiert progressivement des idées sur le monde dans lequel il évolue. La première idée qui nous vient est celle de l’être humain. Alain tourne ainsi en dérision la théorie de certains philosophes qui ne conçoivent l’origine de toute chose que dans les principes premiers. Pour lui, nos idées viennent du monde dans lequel nous nous trouvons. C’est un monde de signes. Avant le langage vocal, il y a le langage des signes qui nous amènent à comprendre et envoyer des réponses aux signes que nous percevons. À titre d’exemple, l’auteur prend le cas des bébés : « L'enfant pleure et crie sans vouloir d'abord signifier ; mais il est compris aussitôt par sa mère. Et quand il dit maman, ce qui n'est que le premier bruit des lèvres, et le plus facile, il ne comprend ce qu'il dit que par les effets, c'est-à-dire par les actions et les signes que sa mère lui renvoie aussitôt. ». Donc, c’est par le biais des signes que nous commençons à avoir des idées. Les signes nous interpellent car ils nous poussent à décrypter les actions des autres. Cette théorie des signes comme base de la connaissance est également soutenue par Max Weber. Tous les signes dont parle l’auteur introduisent une autre dimension : celle des faits.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le langage de signes: origine de la connaissance >

Dissertation à propos de Eléments de philosophie