Hécube

par

Une atmosphère de désolation, un portrait sombre de l’homme

Hécube est une pièce de théâtre qui emplit l’observateur d’unsentiment permanent de destruction et de désolation. Le sentiment est maintenusans répit grâce à une ambiance de souffrance, d’angoisse et de désespoirorchestrée par l’auteur.

La pièce commence avec l’entrée en scène du fantôme dePolydore, se lamentant auprès de l’audience de ne pas avoir de sépulture. Lechoc d’Hécube lorsqu’elle découvre le corps de l’enfant est terrible, et plus encoredu fait que c’est le jour même que sa fille sera immolée pour apaiser lefantôme d’Achille. On a peine à imaginer les tourments de cette femme dont unfils, mort, erre de par le monde sans sépulture, et dont la fille est arrachéeà la vie pour apaiser un fantôme. La banalité de la raison pour laquellePolyxène est sacrifiée contraste avec la dignité dont elle fait preuve jusqu’aubout. En comparaison, la mort de Polydore est ignoble : les règles del’hospitalité ont été violées pour de l’or.

« dès que Troieeut succombé, ainsi qu’Hector ; quand le palais de mon père eut étéravagé, et qu’il fut tombé lui-même au pied des autels, égorgé par lesanguinaire fils d’Achille ; poussé par la passion de l’or, l’hôte de monpère me massacra sans pitié, et jeta mon cadavre dans les flots, pour s’emparerde mes trésors. Triste jouet des vagues agitées, je demeure étendu sur lerivage, privé de sépulture, privé des larmes des miens. »

Ainsi, les personnages grecs sont présentés dans la piècecomme des hommes brutaux et méprisables. Ulysse, qu’Hécube avait autrefoissauvé, est particulièrement indifférent et ingrat. Agamemnon est un lâcheégocentrique et le Thrace Polymestor est un personnage cynique, opportuniste etapparemment dépourvu de sens moral. Sa cupidité ne connaît pas de limitessemble-t-il et c’est en lui faisant entendre qu’elle connaît l’emplacement d’untrésor encore plus grand qu’Hécube parviendra à lui tendre un piège. Leportrait qui est là dressé de la nature humaine est désolant ; tous lesmalheurs d’Hécube ne sont pas le fait d’un quelconque dieu malfaisant, mais leseffets directs des machinations, de la cupidité et de la cruauté des hommes.

De plus, les détails qu’Euripide décrit de lasatisfaction qu’Hécube éprouve dans l’acte de vengeance consolident l’ambianceobscure de la pièce. On la voit faire subir à un autre le même tourment dontelle est la victime. On assiste aux meurtres de deux enfants et à l’aveuglementde Polymestor. Même si la sympathie de l’audience est acquise à Hécube, la barbariedes actes de la reine n’en est pas vraiment atténuée.

« HECUBE :Tu vas le voir sortir de la tente, privé de la lumière, et marchant d’un pasincertain ; tu verras les cadavres de ses deux fils que j’ai massacrés,aidée de ces braves Troyennes : ma juste vengeance est assouvie. Le voiciqui s’avance ; je m’éloigne, pour me dérober à la fureur bouillante de ceThrace indomptable. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une atmosphère de désolation, un portrait sombre de l’homme >