L'étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde

par

Le dédoublement de la personnalité

C’est le thème central du roman et c’est ce qui l’a hissé au niveau du mythe. Le dédoublement de la personnalité, en réalité, est une pathologie et n’est jamais volontaire. La personne n’en a généralement pas conscience.

Ce qui est intéressant avec le roman de Stevenson, c’est que cet état psychologique est voulu. Il est provoqué par le docteur Jekyll lui-même. Il est même le résultat de travaux scientifiques qui ont engendré un désaccord entre Jekyll et son ami le docteur Lanyon. Hyde n’est pas une pathologie dont est touché Jekyll, il représente plutôt un désir du docteur. Ce dernier regrette cependant son acte mais ne peut plus se défaire de l’emprise de Hyde.

Ce dédoublement volontaire permet de mettre en avant une autre dualité, celle du bien et du mal. Hyde est décrit comme le mal à l’état pur. Jekyll représente le côté bon. La lutte entre ces deux êtres symbolise la lutte qui a lieu dans chaque homme. Ainsi, le docteur explique que le but de cette division imposée à lui-même est de libérer chacune des deux parties qui le constituent afin de la décharger du poids qu’impose l’autre : « Il suffirait, me disais-je, de pouvoir caser chacun d’eux dans une individualité distincte, pour alléger la vie de tout ce qu’elle a d’insupportable : l’injuste alors suivrait sa voie, libéré des aspirations et des remords de son jumeau supérieur ; et le juste s’avancerait d’un pas ferme et assuré sur son chemin  sublime, accomplissant les bonnes actions dans lesquelles il trouve son plaisir, sans plus se voir exposé au déshonneur et au repentir causés par ce mal étranger. »

Il est également intéressant de noter que s’ils sont une seule et même personne, Hyde et Jekyll sont cependant physiquement différents. « Tout comme le bien se reflétait sur la physionomie de l’un, le mal s’inscrivait en toutes lettres sur les traits de l’autre. Le mal, en outre (où je persiste à voir le côté mortel de l’homme), avait mis sur ce corps une empreinte de difformité et de déchéance. Et pourtant, lorsque cette laide effigie m’apparut dans le miroir, j’éprouvai non pas de la répulsion, mais bien plutôt un élan de sympathie. »  Dans le roman Hyde est moins beau et plus petit. Il provoque instantanément de la répulsion chez les gens. Par ailleurs Chacun des deux personnages connaît l’existence de l’autre mais refuse de se reconnaître en lui. Ainsi Jekyll parle toujours de Hyde en utilisant la troisième personne comme si c’était un être totalement extérieur à lui.

Le succès du roman s’explique en partie par le fait que tout le monde se sent concerné par ce dédoublement de la personnalité. Hyde ne représente que le subconscient que chacun cache en lui.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le dédoublement de la personnalité >