La sorcière de la rue Mouffetard

par

Le fantastique

Le registre de prédilection de l'auteur semble être l'univers du fantastique. Les créatures imaginaires qu’il nous présente peuvent tout aussi bien être des sorcières, des ogres, des fées, des chaussures magiques, des pommes de terre parlantes ou des poupées qui voient tout. Ces personnages peuvent être gentils ou malveillants, mais laissent très souvent une trace. Dans « La sorcière de la rue Mouffetard », le fantastique apparaît car, dans un cadre tout à fait réaliste — celui de la rue Broca à Paris —, se glissent des éléments magiques. La sorcière par exemple est une preuve de l'introduction du surnaturel dans le récit. L'utilisation de pouvoirs magiques continue dans la lancée du fantastique. Cette magie qui sera d'ailleurs employée pour la capture de la petite Nadia. Mais l'histoire introduit des rebondissements ou des éléments surprenants, qui ne pourraient arriver dans la vraie vie. C'est ainsi que la supercherie de Bachir qui se fait passer pour un aveugle en fermant les yeux est impossible, la mort de la sorcière à cause d'un tiroir-caisse, peu crédible et ainsi de suite. L'auteur utilise sans complexe des histoires invraisemblables et amusantes, qui plongent le lecteur dans un monde nouveau et unique, où aucun doute ne peut planer quant à la possibilité et la réalité de tels...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le fantastique >

Dissertation à propos de La sorcière de la rue Mouffetard