La Vénus d'Ille

par

Le fantastique

Le fantastique se manifeste essentiellement par la venue dans la ville d'Ille de l'idole, représentant une statue de Vénus, en bronze. L'arrivée de cette statue va provoquer des événements troublants:

- Le fantastique arrive dès le début de la nouvelle avec la rencontre entre le narrateur et un guide Catalan: en effet celui-ci déclare à propos de la statue: «Mais avec tout cela, la figure de cette idole ne me revient pas. Elle a l'air méchante... et elle l'est aussi.».

Le fait de donner des attributs humain à une statue constitue une personnification.

Ainsi la déclaration du guide paraît étrange et retient l'attention du lecteur. Il déclare un peu plus loin que la ''méchanceté'' de la statue s'exprime par le fait qu'elle se soit effondré sur la jambe de Jean Coll. On peut tout simplement se demander si ce n'est pas le fruit du hasard et si le guide n'est pas ''fou''.

- La deuxième apparition du fantastique arrive après le souper du narrateur, il assiste d'ailleurs à la scène: deux polissons de la ville (il s'agit d'enfants dissipés traînant dans les rues). L'un deux lance un caillou contre la statue puis il se le reprend en pleine tête: «Elle me l'a rejetée!».

Là aussi, on peut se demander si les deux enfants n'ont pas un peu trop d'imagination en pensant que la statue s'est vengée de cet ''outrage'', d'ailleurs le narrateur, assistant à la scène, est de cet avis.

- Ensuite, lorsque les deux antiquaires examinent la statue, ils tentent pendant un moment de comprendre la signification des inscriptions gravées. Tout ce passage de réflexion renforce, pour le...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le fantastique >

Dissertation à propos de La Vénus d'Ille