Le mythe de Sisyphe

par

La reprise du mythe de Sisyphe

Le titre de l'essai est un clin d'œil à l'un des plus grands mythes de la littérature grecque antique. Le mythe de Sisyphe et de son supplice pourrait se définir simplement par le fait de vivre une situation absurde un nombre infini de fois, sans en voir jamais l’aboutissement. On sait que Sisyphe aurait défié les dieux, ou peut-être les a-t-il même insultés ? D'autres légendes racontent encore qu'il aurait découvert la relation adultère entre Zeus et Égine. Dans tous les cas, on connaît sa punition, et Camus de citer Homère : « Et je vis Sisyphe qui souffrait de grandes douleurs et poussait un énorme rocher avec ses deux mains. Et il s'efforçait, poussant ce rocher des mains et des pieds jusqu'au sommet d'une montagne. Et quand il était près d'en atteindre ce faîte, alors la masse l'entraînait, et l'immense rocher roulait jusqu'au bas. Et il recommençait de nouveau, et la sueur coulait de ses membres, et la poussière s'élevait au-dessus de sa tête. » Le parallèle est ainsi tracé avec la vie de l'Homme qui n'est qu'un éternel recommencement, un cycle absurde qu'il nomme lui-même « cycle lambda », sans intérêt. Il compare donc le supplice de Sisyphe, dont la souffrance ne cessera jamais, à la situation humaine. Cette absence de but, et donc de solution est notamment ce qui peut pousser l’Homme au suicide.

Mais Camus ne s'y résigne pas, parce qu'il estime qu'il existe différentes réactions possibles devant ce cycle lambda, et parce que la philosophie de l'absurde est une philosophie de l'action et non un renoncement. L'Homme doit donc agir pour trouver un sens à vie : celle-ci est ce qui reste de plus précieux à l'Homme, sa...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La reprise du mythe de Sisyphe >

Dissertation à propos de Le mythe de Sisyphe