Le Sabotage amoureux

par

Résumé

Amélie Nothomb, dès ses premiers romans, trace un double sillon : d’un côté, elle va honorer une veine purement fictionnelle, qui prend sa naissance dans Hygiène de l’assassin en 1992, et de l’autre, elle creuse un aspect nettement plus autobiographique, dans lequel il s’agit essentiellement de raconter son passé asiatique. Dans Métaphysique des Tubes, en 2000, elle parle de sa petite enfance au Japon. Dans Stupeur et Tremblements, en 1999, elle raconte son passage dans une grande firme multinationale japonaise. Le Sabotage amoureux s’inscrit dans cette dernière tendance en narrant l’enfance de l’auteure lorsqu’elle vivait en Chine dans les années 70.

 

         Nous sommes donc en Chine. Toutes les informations suivantes nous apparaissent au compte-goutte, au détour des mots. Le narrateur-personnage raconte l’histoire à la première personne. Le narrateur est une narratrice, plus précisément une enfant de sept ans belge qui vit à Pékin. Auparavant, elle vivait au Japon. Elle a des esclaves chinoises. L’enfant est très orgueilleuse.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Le Sabotage amoureux