Les Trophées

par

Résumé

Notre corpus est un recueil de cent-dix-huit sonnets répartis en seize catégories/thèmes : La Grèce et la Sicile, Hercule et les Centaures, Artémis et les Nymphes, Persée et Andromède, Épigrammes et Bucoliques, Rome et les Barbares, Hortorum Deus, Antoine et Cléopâtre, Sonnets Épigraphiques, Le Moyen Âge et la Renaissance, Les Conquérants, L’Orient et les Tropiques, La nature et le rêve, La mer de Bretagne, Romancero, Les conquérants de l'or. Au début de l’œuvre, Heredia cite Ronsard puis dans son épître liminaire, il s’adresse à Leconte de Lisle. Donc, dès le début de l’œuvre, Heredia fait un clin d’œil à son plus cher compagnon du Parnasse, Leconte de Lisle, et lui dédie pratiquement Les Trophées. Le premier poème de l’œuvre et l’unique de la première catégorie s’intitule « L’Oubli ». Il y parle de l’indifférence de l’Homme face à douleur de la Mer.

Le deuxième groupement s’ouvre sur « Némée ». Il y parle de « la terreur de Némée ». Le poète parle probablement du lion mangeur d’hommes qui ravageait le pays et qu’Héraclès tua avant de revêtir sa peau. Hercule vainqueur au-delà des blessures est loué dans le poème suivant. Un autre est dédié à Nessus, ce centaure célèbre qui est à l’origine de la mort d’Héraclès. Nessus maudit la nature de mi-humain, mi-cheval dont les Dieux l’ont affublé car elle l’empêche de séduire l’ « Épouse triomphale ». Il s’agit sûrement de Déjanire, femme d’Héraclès, qu’il tenta de violer. « La Centauresse » est une complainte de cette...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Les Trophées