Othello

par

L’isolement

A. La race comme facteur d’isolement

 

Dans Othello, les personnages principaux sont tous à des degrés divers et pour des motifs différents des isolés, des marginaux, et ceci en dépit de leur intégration apparente à la société de leur époque. Les cas d’isolement les plus frappants sont ceux qui ont pour base le facteur racial. Othello, et Cassio à un degré moindre, en sont les principales victimes. Le seul crime du second consiste en ce qu’il est florentin et non vénitien. Ce facteur viendra s’ajouter à la haine et la jalousie qu’éprouve à son égard Iago. Cependant, aussi marginal puisse-t-il être, sa situation n’a rien de comparable à celle d’Othello, véritable victime de cet isolement dû à la race. Quoique général de très grande valeur, quoique d’une noblesse d’âme sans pareil, d’une très grande richesse (la seigneurie lui fait un pont d’or pour le garder au service de la cité), il présente toujours aux yeux de tous le handicap d’être noir – et ancien esclave qui plus est.

Aussi, ce n’est pas son statut de mercenaire, mais bien le fait qu’il soit noir qui horrifie le plus Brabantio. La pièce joue d’ailleurs sur ce fait : les premières mentions du Maure sont d’un racisme dégoûtant – il est qualifié de « vieux bélier noir » par Iago –, qui, bien que plus grossièrement formulées que celles de Brabantio, sortent de la même souche : le vieil homme est incapable de croire qu’une jeune fille bien élevée puisse s’amouracher d’un Noir sans avoir été envoûtée : « Si elle n’était liée par des chaînes magiques, une fille si jeune, si belle, si heureuse, si ennemie du mariage qu’elle dédaignait les amants riches et élégants de notre nation, eût-elle osé, au risque de la risée publique, quitter la maison paternelle pour fuir dans le sein basané d’un être tel que toi, fait pour effrayer, non pour plaire ?». Othello lui-même est conscient de l’étrangeté de la chose ; dès qu’il se met à avoir des doutes au sujet de Desdemona, la différence raciale lui viendra en tête. Il trouvera d’ailleurs nécessaire, devant le sénat, de souligner qu’il n’a pas épousé Desdemona par désir charnel, malgré la réputation qu’a sa race. C’est sa femme qui insistera pour le suivre à Chypre, très clairement pour qu’elle puisse jouir des devoirs conjugaux. Iago jouera sur ce fait, affirmant que Desdemona ne s’est mariée au Maure qu’en raison d’une curiosité physique et qu’elle s’en lassera vite : « Elle doit changer, car elle est jeune ; dès qu’elle sera rassasiée des caresses du More, elle verra l’erreur de son choix »affirme-t-il. L’idée qu’un Noir et qu’une Blanche puissent véritablement s’aimer paraît si saugrenue que Rodrigo acceptera cette interprétation, malgré son prétendu amour pour la dame.

 

B. La jalousie et les ambitions déçues comme facteurs d’isolement

 

Aussi isolé qu’Othello et pour des motifs différents, Iago est l’incarnation même de l’isolement. Son isolement à lui a pour origine sa jalousie (envers Othello et Cassio) notamment, et ses ambitions déçues. En effet, si les motifs des actes de Iago ne sont pas tous compréhensibles, il en est un qui est à la portée de tous et qui d’ailleurs est avancé dès le début de l’action par le scélérat pour justifier ses actions futures : ses ambitions militaires déçues. En effet, Iago s’estime plus digne du poste de lieutenant que Cassio, qui y a été nommé. Il a plus d’expérience du combat que le jeune homme : « Un Florentin, un garçon prêt à se damner pour une belle femme, qui n’a jamais manœuvré un escadron sur le champ de bataille, qui ne connaît pas plus qu’une vieille fille la conduite d’une bataille ; mais savant, le livre en main, dans la théorie que nos sénateurs en toge discuteraient aussi bien que lui », ainsi décrit-il Cassio. D’ailleurs, affirme-t-il, le Maure lui-même reconnaît sa valeur. Cette reconnaissance même, qui n’est pas suivi de la récompense à laquelle il estime avoir droit, le pousse à vouer Othello aux gémonies. Il précise ensuite qu’avec la nouvelle réglementation ses rêves de se voir lieutenant se réduisent.

Cet aspect des choses constitue une explication, quoique partielle, de ses actes. Un autre moteur de ses actions, plus puissant celui-là, est la jalousie quasi maladive qu’il éprouve envers Othello qu’il soupçonne (sans preuves comme il le reconnaît d’ailleurs) d’avoir couché avec sa femme Emilia. Ces motifs permettent de voir en Iago un individu complexé, jaloux et aigri, qui se sert de ses qualités naturelles (affabilité, facilité à gagner la confiance de son entourage, entregent, solide sens de l’humour et charme particulier) non pour avancer et faire son chemin, mais plutôt pour détruire les autres. Au lieu d’affronter ses peurs, de triompher de ses démons, il les écoute, pactise avec eux afin de mener à leur chute les gens qui l’entourent.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’isolement >