Sincèrement vôtre, Chourik

par

Véra Alexandrovna

Ayant connu un passé amoureux tumultueux, elle rencontre finalement le père de Chourik qu’elle aimera intensément, jusqu’à ce qu’il meure prématurément, puis ne connaîtra plus aucune relation. À la naissance de son fils Chourik, elle abandonne sa passion pour les arts et se renferme sur elle-même, laissant sa propre mère se charger de l’éducation de son enfant ainsi que de toutes les tâches de la maison. Véra devient une sorte d’assistée, incapable de se débrouiller seule, sans sa mère Elisavéta ou son fils. Seule l’arrivée de la petite Maria lui redonne goût à la vie et l’envie de faire des choses : elle voit en la petite fille l’occasion de créer ce lien maternel qu’elle n’a jamais eu avec Chourik, puisque c’était sa mère à elle qui le tissait. Finalement, elle ne sera qu’un poids de plus pour son fils, qui lui est entièrement dévoué, alors qu’elle-même regrette d’avoir sacrifié sa vie pour lui et de ne pas avoir eu de fille à la place.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Véra Alexandrovna >