Traité de pédagogie

par

Culture et discipline

La culture et la discipline constituent également un aspect important de l’oeuvre. Ces deux notions représentent des étapes par lesquelles la nature humaine doit passer pour se développer. La nature humaine telle que connue, à l’état basique, tombe dans les excès si elle n’est pas supervisée. Nous y laissons libre cours à nos folies et la conséquence est la déchéance, le chaos. C’est pour cette raison que la discipline vient opposer une contrainte dont le but est de tempérer les ardeurs des hommes et les amener à devenir responsables. La discipline vient défaire l’homme de sa barbarie, de sa sauvagerie : « Le manque de discipline est un pire mal que le défaut de culture, car celui-ci peut se réparer plus tard, tandis qu’on ne peut plus chasser la sauvagerie et corriger un défaut de discipline » (P. 6). Par conséquent, sans discipline, il ne pourrait y avoir d’éducation. La contrainte exercée sur l’être humain dans son enfance l’amène indubitablement à prendre le chemin de la raison et l’écarte du vice. La discipline a une double fonction. Premièrement, elle nous empêche de tomber dans l’erreur. Grâce à cette première fonction, elle réduit la probabilité des inconsistances dans les décisions et les actions des hommes. De plus, elle est un mécanisme de défense contre ce qui est négatif chez les hommes : « Les discipliner, c’est chercher à empêcher que ce qu’il y a d’animal en eux n’étouffe ce qu’il y a d’humain, aussi bien dans l’homme individuel que dans l’homme social. La discipline consiste donc simplement à les dépouiller de leur sauvagerie » (P. 13). Seulement, la discipline qui permet de réprimer chez l’être humain les aspects...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Culture et discipline >

Dissertation à propos de Traité de pédagogie