Traité de pédagogie

par

L’éducation

Le thème central de ce traité est l’éducation. Selon l’auteur, l’éducation a pour fin ultime, le développement de l’humanité. Elle a pour but de sortir l’homme du monde sensible pour le mener vers le monde intelligible. Le sensible est perçu par Kant comme l’élément qui développe les inclinations de l’homme, son instinct égoïste, tandis que dans le monde intelligible, l’homme apprend à dominer cette sensibilité innée qui doit sommeiller en lui et non le contrôler. L’être humain n’y accède que par le biais de l’éducation. Elle est le seul élément qui peut contribuer à l’amélioration de l’espèce humaine, et confère à l’homme son humanité. Elle est donc le passage, le pont de liaison entre ces deux états qui caractérisent l’être humain. Contrairement à Rousseau (Le contrat social) ou Hobbes (le Léviathan). Kant voit l’homme comme un être sauvage, un loup pour son semblable, il pense que l’homme n’est ni bon ni mauvais. C’est ici qu’intervient l’éducation pour l’empêcher de faire du mal et de le dominer pour laisser le bien prendre le pas et le guider vers les bonnes décisions : « Il ne suffit pas en effet que l’homme soit propre à toutes sortes de fins ; il faut encore qu’il sache se faire une maxime de n’en choisir que de bonnes » (P. 13). Le choix des bons desseins, justes et raisonnés, est crucial dans la vie de l’homme, car il est tributaire de son comportement.

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’éducation >

Dissertation à propos de Traité de pédagogie