Amman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1059 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Modes vestimentaires et transformations sociales à Amman dans les années 1940 d’après les souvenirs du romancier ‘Abd al-Rahmân Mûnif (1933-2004)

Quand des touristes s’arrêtaient à Amman dans les années quarante (…), leur première impression était que cette ville vivait dans un carnaval ininterrompu de costumes, de dialectes et de coutumes les plus diverses.
Dans une ruelle (…), desfemmes âgées originaires de la région d’El-Fahisse s’installaient avec leurs longues pipes, au moins deux fois par jour. (…) Dans ce secteur, il y avait également une petite école, où on parlait uniquement anglais. Elle était dirigée par deux sœurs, Mlle Alice et Melle Margot, toujours habillées à la dernière mode européenne. A deux pas de cette école et des pipes, on pouvait voir les colbacks desTcherkesses et entendre toutes sortes de dialectes comme ceux de Naplouse, de Damas, du Nejd, sans compter la manière arménienne de parler la langue arabe (…)
Le keffieh était la coiffure la plus répandue. Il était imposé aux élèves des écoles publiques, qui devaient avoir aussi le crâne rasé. (…) L’école El-Moutrane –puis plus tard l’école Terra Sancta et la faculté islamique- n’imposaitaucun couvre-chef particulier. Cela rendait les autres élèves jaloux. A la fin de l’été, la majorité des élèves des écoles publiques avaient laissé pousser leurs cheveux et commençaient à utiliser la brillantine (…)
Il existait relativement peu d’habits masculins, mais un nombre incalculable de vêtements féminins. Même le grand voile noir damascène pouvait être porté de différentes manières. (…)Les femmes d’un certain âge de la région d’El-Fahisse ou d’El-Salt avaient une tout autre allure que les jeunes filles ; celles qui avaient un minimum d’instruction ne portaient pas les mêmes habits que les femmes illettrées ; celles qui résidaient à Amman depuis longtemps semblaient différentes de celles qui venaient juste d’arriver. (…)
Dans les milieux aisés ou pauvres, les joursordinaires comme les jours de fête, pour les messieurs comme pour les dames, l’époque était aux changements, malgré les réticences des personnes âgées. La vie était difficile, c’était la guerre, mais c’était aussi le temps des interrogations et il fallait tant bien que mal gagner son pain. (…) Les habitants d’Amman cherchaient leur voie et donnaient l’impression de vouloir défier les traditions. Lasociété dans laquelle ils avaient toujours vécu ne suffisait plus à subvenir à leurs nouveaux besoins. Ils semblaient tout simplement refuser le passé. (…) Ce à quoi les générations précédentes croyaient, ce qu’elles considéraient comme des règles immuables, ne convenait plus aux jeunes, y compris dans le domaine de la mode. Ce qui suffisait à contenter les mères était devenu inacceptable pour leursfilles qui se disaient prêtes à défier les traditions, d’autant plus facilement que deux facteurs nouveaux étaient entrés en jeu : l’enseignement et la confrontation avec des idées neuves. On aurait dit que, sous un même toit, cohabitaient deux esprits différents, deux systèmes de valeurs opposés. Par le passé, ces deux systèmes avaient continué à coexister et à agir l’un sur l’autre, mais maintenantce n’était plus possible. Les conditions de vie changeaient trop vite, et les anciens semblaient dépassés par les événements.
Le tarbouche, l’une des coutumes les plus représentatives de la société jusqu’au début des années quarante, devint au fil des ans un fardeau. Plus personne ne voulait le porter, sauf les vieux. Le colback des Tcherkesses qui, outre son côté esthétique, constituait unmoyen d’affirmer une identité deviendrait plus tard une simple manifestation folklorique. (…)
Les jeunes filles qui avaient fait un grand pas vers la modernité en adoptant une mode vestimentaire et des coiffures qu’elles considéraient comme l’expression de valeurs esthétiques plus appropriées à leur époque, voulurent entraîner leurs mères et leurs grands-mères. Dans ces conditions, il...
tracking img