Analyse strategique du marche camerounais de transport maritime

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 128 (31821 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
UNIVERSITE CATHOLIQUE D’AFRIQUE CENTRALE
Institut Catholique de Yaoundé
Faculté de Sciences Sociales et de Gestion

Master en Commerce et Distribution

Mémoire présenté et soutenu par

Kamayou Kamdem Willy

Licencié en Commerce et Distribution

Sous la Direction du Dr Bernard-Alain NDZOGOUE

Docteur en Sciences de Gestion

Chargé de cours

INTRODUCTION GENERALE

Les PMEcamerounaises, malgré leur nombre important (plus de 77% de l’économie camerounaise), connaissent de nombreuses difficultés parmi lesquelles figure leur retard de développement. En effet, les ¾ des PME camerounaises n`ont au cours des 5 dernières années ni développé un nouveau produit sur leur marché actuel ni conquis de nouveaux marchés. Ce problème des PME camerounaises est lié entre autres à ladifficulté de celles-ci à déterminer la stratégie appropriée pour introduire avec succès un nouveau produit sur leur marché actuel ou a` pénétrer efficacement un marché nouveau. Aussi l’analyse stratégique d’un marché se présente comme une notion importante. Elle consiste pour une entité à analyser le domaine d’activité dans lequel elle entend s’y développer afin d’y déployer la stratégieappropriée. Autrement dit, elle est un ensemble de méthodes et outils qui permettent de répondre à la double question fondamentale : sur quel domaine d’activité l’entité doit elle être présente pour performer et que doit-elle y faire pour maintenir sa performance.
Dans la littérature en Marketing/Management des solutions ont été apportées à cette difficulté. Les unes sous le vocable « etic »comprennent celles se fondant sur la prééminence des principes universels indépendamment des contextes locaux. Nous retrouvons des auteurs tels que  Gilmore et Bradenburg[1] qui proposent une stratégie issue de la confrontation successive et interactive des domaines d’activités choisis, Le positionnement de l’entreprise par rapport à ces variables peut être important ou fragile, favorable oudéfavorable. À l’issue de cette confrontation l’entreprise va opérer un ensemble de choix stratégiques qui seront orientés principalement vers l’élaboration d’un système de planification stratégique. On y retrouve également Learned, Christensen, Andrews et Guth[2] qui proposent une stratégie issue de la confrontation entre l’analyse interne de l’entreprise et l’analyse externe de l’environnementconcurrentiel. Le positionnement de l’entreprise par rapport à ces variables peut être important ou fragile. A l’issue de cette confrontation, l’entreprise va opérer un ensemble de choix stratégiques qui vont orienter ses politiques fonctionnelles. Les autres sous le vocable « emic » comprennent celles se fondant sur la prédominance des particularismes locaux sur les facteurs globaux. Nous retrouvons desmodèles à l’instar de la matrice de Mac Kinsey[3] qui propose une stratégie basée sur la représentation des produits de l’entreprise sur une matrice permettant d’évaluer la situation de chaque produit sur son marché respectif et de mettre en place une stratégie adaptée au portefeuille d’activité en fonction du constat réalisé. La seconde matrice du Boston Consulting Group[4] repose sur lapossibilité pour l’entreprise de mettre en place une politique de différenciation des produits fabriqués. Quatre stratégies sont envisagées : la spécialisation, la stratégie de domination par les coûts de production, l’impasse stratégique ou le dilemme qui correspond à une situation fragmentée.
Raphael NKAKLEU[5] quant à lui préconise une stratégie originale combinant les approches « etic » et« emic ». En effet, dans les relations d’affaires, toute entreprise doit proposer à sa clientèle un produit attractif en termes de rapport qualité/prix intéressant. Mais, elle doit également tenir compte des spécificités culturelles dans l’élaboration de son offre. En effet, la réalité du monde des affaires étant complexe, les différences culturelles peuvent influencer la négociation des contrats...
tracking img