Archive du bac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1191 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Eléments de correction pour le BB n°2.

Question de corpus : Eléments de réponse :

1) la présence du « je » dans tous les textes. Et la présence d’un interlocuteur (on retrouve la 2ème pers du sg ou du pluriel).
2) l’expression des sentiments et ici plus particulièrement d’une souffrance (d’ailleurs le registre de certains textes peut être qualifié d’élégiaque) : relevé du lexique desémotions et des sentiments.
3) Thèmes privilégiés du lyrisme présents dans les textes : tristesse, nostalgie et états d’âme (tous les textes) ; amour et fuite du temps (C) …
4) Ponctuation expressive – même si cette remarque ne concerne pas tous les textes (surtout le A et le B ; chez Apollinaire on ne trouve pas de ponctuation – comme à son habitude – et chez C. Roy une seule marque deponctuation : mais justement le fait peut être intéressant à relever surtout dans le cadre de l’expression du registre lyrique)
+ « oh », « ô » dans les 3 1ers textes.

Commentaire : quelques éléments de réponse et pistes de réflexion :

• Une partie du poème évoque une harmonie apparente …
- aspect bucolique du poème avec la représentation de la nature (univers animal –l’araignée, l’hirondelle, le chat - et végétal – le rosier, le jardin avec « l’herbe » …)
une tranche de vie (un jour de printemps) cf le titre. Moment paisible de contemplation.
- Thème du lien : toile de l’araignée, complicité apparente avec la femme (v 9 + complicité de la lecture, avec la répétition du verbe « lire » 3 fois + « livre »), réunion de tous les éléments évoqués dans le poèmeau v. 10 …
+ différents parallélismes de construction v.11 « le même … »
Impression que tout est lié, relié : « tout se tient » v12 (avec « tout » englobant) + utilisation du « nous » v 9
- on peut trouver des assonances aussi qui contribueront à l’harmonie du poème
idée du couple : « deux tiges de rosier », période = printemps, rose = fleur de l’amour, hirondellesreviennent au printemps… inattendu

contraste soleil/ ombre ..

• Mais pour mieux mettre en valeur la distance et la solitude …
- dans ce tableau, il ne s’agit finalement pas de réunion mais plutôt de plusieurs solitudes : cf v3 (« nous ne sommes pas en relation »), v6 (« mais nos rapports restent lointains », v9 « parfois je reste dehors », v13 en entier …). Il n’y a pas decommunion.
- Décalage entre le « je » et le monde autour de lui. Le poète aimerait connaître davantage le monde qui l’entoure mais sans y parvenir : v3 « elle m’ignore complètement », v 5 « j’aimerais pouvoir les reconnaître », v8-9 il partage la lecture avec la femme évoquée mais la lecture reste un acte solitaire (donc fausse complicité) + difficulté à connaître l’autre et ses pensées avec leparallélisme de construction « parfois j’entre dans tes pensées / et parfois je reste dehors ». Il peut l’observer mais n’y a pas accès véritablement (cf termes qui expriment la vue : « visiblement » v3 et « ont l’air » v6)
+ rappel du registre lyrique.
- Des signes inquiétants (précurseurs de la maladie ?) dans la description du monde qui l’entoure : l’araignée tisse sa toile …pourchasser ; de même pour le chat v 10 qui « rôde dans l’herbe » ; quant aux hirondelles leur nid est « éboulé » v4 …
- La forme du poème :
o semble mimer cette séparation/distance avec le(s) blanc(s) que l’on trouve au milieu des vers. C’est d’autant plus flagrant au v 10 qui rassemble ainsi les « éléments » évoqués pour mieux les séparer.
o est de plus en plus éclatée : unquatrain vient finalement remplacer les tercets.
o De plus, les vers qui étaient de longueur à peu près égale dans les 3 1ères strophes, sont totalement irréguliers dans la dernière :
3/3/1/1/11
4/5/4
3/2
5/5

Dissertation : Pistes de réflexion :
- oui, bien sûr, la poésie est vouée à l’expression des sentiments : poésie = expression...
tracking img