Au lecteur, baudelaire.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1111 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Il est toujours un peu angoissant d'aborder Les fleurs du mal de Charles Baudelaire, à cause de sa poésie assez particulière et complexe. C'est pourquoi il est très utile d'étudier le tout premier poème, une adresse au lecteur, afin de s'imprégner dès le début de l'atmosphère baudelairienne. Ce poème est un véritable préambule, il permet réellement d'exposer une grande partie des thèmes quiseront abordés dans la suite de l'oeuvre et de s'initier plus ou moins progressivement à la poésie et à la vision du monde de l'auteur.

D'abord, il est nécessaire de s'intéresser brièvement à l'auteur lui même et à « l'histoire » de l'oeuvre. Baudelaire est un poète français, qui publia en 1857 Les fleurs du mal, recueil de poèmes qui se vit censuré plusieurs fois, à cause du choix épineux de sessujets (le mal, la violence, la volupté, le diable...). C'est un homme lettré, cultivé, passionné par l'Art et est un critique reconnu de peinture. Il fut envoyé par son beau père en voyage vers les Indes (voyage qui l'inspirera énormément), afin de le « rééduquer », jugeant ses comportements de jeune homme désinvolte et « anti-bourgeois » proprement scandaleux. Les fleurs du mal sont écrites auXIXème siècle, en pleine période symbolique et romantique. Baudelaire et son éditeur Poulet-Malassis ont du mal à faire accepter ce recueil sulfureux, qui sera censuré de nombreuses fois et leur vaudra un procès en moralité.

La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leurvermine.

Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches;
Nous nous faisons payer grassement nos aveux,
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.

Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste
Qui berce longuement notre esprit enchanté,
Et le riche métal de notre volonté
Est tout vaporisé par ce savant chimiste.

C'est le Diablequi tient les fils qui nous remuent.
Aux objets répugnants nous trouvons des appas;
Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange
Le sein martyrisé d'une antique catin,
Nous volons au passage un plaisir clandestin
Que nous pressons bien fort comme une vieille orange.

Serré, fourmillantcomme un million d'helminthes,
Dans nos cerveaux ribote un peuple de démons,
Et quand nous respirons, la Mort dans nos poumons
Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.

Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie,
N'ont pas encore brodé de leurs plaisants dessins
Le canevas banal de nos piteux destins,
C'est que notre âme, hélas! n'est pas assez hardie.

Mais parmi leschacals, les panthères, les lices,
Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,
Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,
Dans la ménagerie infâme de nos vices,

Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde!
Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes, ni grands cris,
Il ferait volontiers de la terre un débris
Et dans un bâillement avalerait le monde.

C'estl'Ennui!- L'oeil chargé d'un pleur involontaire,
Il rêve d'échafauds en fumant son houka.
Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,
Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère!

Dans ce premier poème, le lecteur est confronté à la plume acide de Baudelaire, qui dépeindra toutes les tares de son lectorat. On retrouve dans Au lecteur, une sorte de condensé de ce qui a pu naître de la plumeBaudelairienne dans ce recueil... On peut affirmer que ce poème est une cristallisation des thèmes des Fleurs du mal, mais qu'il fait aussi passer un message clé de Baudelaire.

Tout d'abord, il convient d'analyser les différents champs lexicaux de ce poème. La Mort, l'Enfer, Satan, les forces du mal, le péché, le vice, la bêtise humaine sont des éléments qui constituent véritablement les Fleurs du...
tracking img