Bac 2009 - serie s - espagnol lv2 - corrigé

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (469 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 août 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Unos escritores demasiado humano.

I. Compréhension.

1°) exercice vrai ou faux avec justification. Pour cela il fallait citer le texte.
Réponses :
a) FALSO ; « a partir de ese día, seacostumbró a traerme libros »
b) VERDAD ; « Luego Ramón me preguntaba qué me había parecido esta o aquella novela… »
c) VERDAD ; « fueron esas conversaciones las que me mantuvieron unida a él… »

2°)Questions precises.
Réponses : Las charlas tenían lugar en cajas de ahorro y colegios mayores. La narradora iba siempre en compañía de Antonia.

3°) Question avec justification demandée en citant letexte.
L.15/16 : « En realidad, de aquellos hombres…la forma de comportarse »

4°) Il fallait citer deux exemples tirés du texte pour montrer que la narratrice idéalise les écrivains.
Ex : L.17 etL. 18

5°) Il fallait relever dans le texte 4 mots qui permettaient de qualifier les écrivains qui intervenaient dans les rencontres-débats.
Ex : pequeños ; miserables ; impostores ; charlatanes.6°) En s’appuyant sur le texte, il fallait donner deux éléments illustrant la réaction de la narratrice et de son amie quand s’achevaient les débats littéraires.
Ex : La amiga hacía cola paraconseguir una dedicatoria mientras la narradora la esperaba a la salida.

7°) On demande ici de trouver dans le texte un passage permettant de montrer l’exigence de la narratrice à l’égard des écrivains.Ex : L.18/19 « personas que tenían respuestas para todo (…) pedir consejo. »

8°) Traduction

Je me tournais vers Antonia et je lui disais à l’oreille : « Celui-là ne me donne pas envie non plusde lire ses œuvres. » Et elle, elle me murmurait un reproche : « Mais enfin, tu exagères ! » Antonia était de celles qui ensuite, lorsque s’achevait le débat, s’approchaient avec un exemplaire etfaisaient la queue pour obtenir une dédicace. Moi je l’attendais à la sortie. Elle me rejoignait au bout de quelques minutes. Elle tenait le livre comme les collégiennes tiennent leurs affaires, serré...
tracking img